/news
Navigation

Les employés de la Ville de Terrebonne dénoncent le climat toxique

Coup d'oeil sur cet article

Après l’épisode concernant le chef de cabinet du maire de Terrebonne, voilà que c’est au tour d’un regroupement de syndicats municipaux qui représentent environ 1000 employés à Terrebonne qui s’en prend à l’administration.

• À lire aussi: La nouvelle ministre Lecours embarrassée par les propos de son conjoint

• À lire aussi: Plainte au DGE: le maire de Terrebonne veut collaborer aux enquêtes

• À lire aussi: Plainte au DGEQ contre le chef de cabinet à Terrebonne

Dans le cadre d’une conférence de presse jeudi matin, on a clairement senti que la coalition syndicale est en froid avec Alain Marcoux, le directeur général de la Ville de Terrebonne (anciennement directeur général à Montréal) dont le mandat a été renouvelé au grand dam des syndiqués.

Ces derniers lui reprochent notamment d’être à l'origine d’un climat toxique et de saboter des services aux citoyens notamment au niveau du service de police.

«En quoi est-ce efficace de couper dans le budget de la police alors qu’on sait que les enquêtes en lien avec les délits sexuels et les abus physiques sur les enfants s’en trouvent ralentis», dénonce le président du Syndicat des employés manuels de la Ville de Terrebonne. 

«Le nombre de griefs reçu par la Ville entre 2016 et 2019 a augmenté de plus de 175%. Si M. Plante est réélu, qu’en sera-t-il des chiffres en 2022?», se questionne pour sa part la vice-présidente des cols blancs de Terrebonne Stéphanie Bouchard. 

La Ville de Terrebonne a rapidement répliqué aux syndicats en disant qu’il n’y a eu aucune coupe budgétaire ou de ressource au niveau des enquêtes criminelles touchant la jeunesse au sein du service de police.

Réal Leclerc sur le banc des pénalités? 

Ça continue de jouer dur entre le conseiller municipal Réal Leclerc et l’administration du maire Marc-André Plante.

Deux jours après sa sortie publique pour dénoncer les agissements du chef de cabinet du maire qui lui a suggéré de prendre sa retraite de la vie politique, le conseiller municipal Réal Leclerc nous informe que l’administration lui a retiré toutes ses fonctions dans les comités et commissions à la Ville.

Réal Leclerc était président Commission de la planification, infrastructures, président, Comité consultatif d’urbanisme, membre de la commission de la sécurité publique, membre de Tricentris – Centre de tri et membre de la MRC Les Moulins.

Il y a quelques jours on lui a enlevé la vice-présidence du comité exécutif.

La décision a été prise par le comité exécutif hier et elle sera soumise à un débat ainsi qu’à un vote lundi dans le cadre de la séance du conseil.