/news/politics
Navigation

Michael Kovrig et Michael Spavor bientôt en procès en Chine ?

Michael Kovrig et Michael Spavor bientôt en procès en Chine ?
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Michael Kovrig et Michael Spavor, les diplomates canadiens détenus en Chine depuis 2018, seraient «bientôt» en phase d’entamer leur procès, selon un journal contrôlé par le Parti communiste chinois. 

Le «Global Times» a affirmé que les procès des ressortissants canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor ont été retardés en raison de la crise de la COVID-19, mais qu'ils devraient commencer dans un avenir rapproché.

Ils ont été poursuivis par les parquets de Chine pour des crimes présumés portant atteinte à la sécurité nationale de la Chine. Selon le « Global Times», M. Kovrig est soupçonné d’avoir «volé» des informations sensibles grâce à des contacts en 2017 et 2018, tandis que M. Spavor est accusé d’avoir été une source de renseignements.

L’ancien ambassadeur canadien en Chine, Guy Saint-Jacques, a affirmé au journal torontois «Globe & Mail» jeudi que «si la Chine décide de procéder maintenant au procès, je pense que c'est clairement parce qu'elle veut repousser les différentes initiatives qui ont été lancées par le Canada».

Le déclenchement d’un procès pour les deux Michael pourrait grandement compliquer les tentatives du Canada de les ramener au pays.

Le Parlement canadien a récemment adopté une motion pour reconnaitre qu’un «génocide» avait lieu au Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, contre la minorité ouïghoure et les minorités turciques.

La motion a été appuyée partis tous les partis d’opposition et par de nombreux députés libéraux, mais le cabinet du premier ministre ne s’était pas présenté au vote, mis à part le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, qui a voté pour l’abstention «au nom du gouvernement du Canada».

Dès le lendemain, l’ambassadeur chinois au Canada a publié un message condamnant fermement la décision du Parlement et niant tout reproche de «génocide» à l’égard du Parti communiste chinois.

Les États-Unis, par la bouche du président Joe Biden et du Secrétaire d’État Antony Blinken, ont tous deux affirmé dans de récentes rencontres bilatérales qu’ils allaient appuyer le Canada dans ses tentatives de rapatrier les deux Michael.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.