/entertainment/shows
Navigation

Une captation sans public déstabilisante

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Catherine Major ne sera pas fâchée que les spectateurs reviennent dans les salles. Elle était déstabilisée, lundi, au Grand Théâtre de Québec, après avoir terminé la captation d’un concert sans public qui sera diffusé en ligne toute la fin de semaine.

« Est-ce que je viens de jouer pendant une demi-heure ou huit heures ? Je n’avais aucune notion du temps », a-t-elle demandé en sortant de scène.

Devant quelques journalistes et employés du GTQ, elle venait de passer 75 minutes à jouer des pièces de son répertoire, dont plusieurs de son plus récent album, Carte mère.

Le décor était majestueux. Le magnifi-que piano mis à la disposition de l’artiste avait pour toile de fond les 1800 sièges qui sont habituellement occupés par un public en chair et en os. En lieu et place, de fins éclairages ont habillé l’espace et lui ont donné un aspect délicatement feutré.

« Pas mon métier »

C’était beau, mais ce n’était quand même pas normal, n’a pu que constater Catherine Major, pour qui c’était une première expérience dans une salle déserte depuis le début de la pandémie.

« C’est très dur, ce n’est pas du tout la même chose que de chanter devant un public. Parler à des caméras, ce n’est pas mon métier », a-t-elle confié, quelques minutes après sa prestation.

« C’est plus facile dans ce contexte de s’observer, de s’autoévaluer, que de vivre le moment. Or, c’est quelque chose qu’il ne faut pas faire quand tu es sur une scène. J’ai réussi parce que j’ai un peu d’expérience, mais je ne le recommande pas à quelqu’un qui commence. »

La musique d’Albertine

Outre cette incursion dans le show virtuel, les projets ne manquent pas pour Catherine Major.

En parallèle à l’acquisition d’une auberge à Waterloo avec son conjoint et partenaire musical, Jeff Moran, elle composera la musique d’une adaptation à l’opéra de la pièce Albertine, en cinq temps, mise en scène par Nathalie Deschamps et prévue pour 2022 ou 2023.

« C’est un projet intéressant pour moi, dit-elle, parce que ce qu’ils veulent, c’est exactement là où je ne suis jamais allée, soit de composer de la musique pour voix d’opéra, mais avec un esprit populaire. »


Le concert de Catherine Major, en vente et accessible sur le site du Grand Théâtre du 13 mars à 20 h au 16 mars à 23 h 59.