/lifestyle/food
Navigation

Dans la cuisine avec Andréanne A. Malette: de la musique aux fourneaux

CASA 0313 Dans la cuisine
Photo courtoisie Andréanne A. Malette

Coup d'oeil sur cet article

Sitka, le titre du nouvel album d’Andréanne A. Malette, est le nom d’une ville portuaire située sur la côte Pacifique de l’État de l’Alaska, aux États-Unis. « En fait, c’est lors d’un voyage là-bas que le déclic pour écrire cet album est venu. J’adore l’endroit, l’ambiance, ça me rejoint beaucoup. » Pour Andréanne, les accessoires de cuisine sont aussi des instruments de musique. En voici la preuve. 

Questionnaire gourmand 

Dans ta chanson Alaska, j’ai deviné des percussions spéciales, comme des bruits de casseroles, j’ai des hallucinations ou c’est vrai ?

En effet, il y a des bruits de râpe à fromage, de marguerite de cuisson en métal, le son d’une baguette en métal sur une bouteille de soda et des couvercles de chaudrons. En fait, l’album a été enregistré dans un garage collé à la cuisine, alors, j’ai été piquer plusieurs affaires et cela a donné un résultat sonore culinaire.


La vie doit continuer malgré la pandémie, alors le matin pour bien commencer la journée, thé ou café ?

Thé. Je suis une grande amatrice de thé.


Ton préféré ? 

Un thé de l’Alaska, trouvé dans un magasin durant mon périple là-bas. J’en commande chaque année. 


Fais-tu des crêpes, des œufs, des smoothies... ?

CASA 0313 Dans la cuisine
Photo Adobe Stock

Je fais souvent des smoothies. Je manque parfois de temps le matin pour bien déjeuner, alors je me fais un mélange de fruits, yogourt, lait d’amandes, et parfois j’y ajoute un œuf ou un avocat. Cela me permet de bien commencer mes journées avec un petit déjeuner sur le pouce. Mais, par contre, si le temps le permet lors d’un petit dimanche douillet, on y va avec les crêpes et le bacon.


As-tu retrouvé le plaisir de faire à manger ces derniers temps ?

Je ne suis pas une grande cuisinière et j’y trouve difficilement du plaisir. Sauf quand c’est fait à deux avec une bonne petite musique. 


C’est qui le deuxième ? 

Olivier Campeau, il est musicien, c’est mon amoureux.

J’aime l’idée de partager les préparations culinaires et de les manger ensuite. Il y a dans cette façon de faire, une certaine communion, un vrai partage et en plus, je suis meilleure que lui, alors cela me valorise (rires) !


La chose dont tu te passerais difficilement dans ton réfrigérateur ou ton garde-manger ? 

Je crois que ce serait le cheddar fort... Je suis pourtant intolérante au lactose, mais le fromage... à tous les repas. Les fromages à pâte ferme, c’est mieux justement pour l’intolérance au lactose.


Pain tranché, baguette du boulanger ou pain maison ?

Ma mère a peaufiné, comme bien des gens, sa recette de pain maison durant le confinement... Difficile à battre. Sortant du four, avec un peu de beurre, c’est du vrai bonheur. 


Fromage ou dessert ?

CASA 0313 Dans la cuisine
Photo Adobe Stock

Si c’est pour terminer un repas, je suis complètement dessert. 

J’ai de la difficulté à ne pas prendre une petite bouchée sucrée pour conclure mon repas.


Viande ou poisson ?

Je crois que je dois dire viande, mais je mange une quantité assez impressionnante de thon par semaine à cause du petit restaurant de poké bols au coin de ma rue. Mais difficile de compétitionner avec une bonne pièce de viande. 


Bière ou vin ?

Vin. La bière me donne mal au ventre.


Blanc ou rouge ?

Blanc. Le rouge me donne mal au ventre (rire) !


Lesquels ?

Mon vin blanc préféré est le Lady Lola, un vin d’Italie, de la Sicile.

J’aime aussi les chardonnays, mais je suis ouverte aux découvertes.


Ton accessoire de cuisine fétiche ?

La coutellerie de ma grand-maman. Les enfants se sont partagé ses choses, mais les petits-enfants ont eu les couverts, moi j’ai eu couteaux, fourchettes. Ce n’est pas le grand luxe, mais je les adore.


As-tu une recette chouchoute ?

J’ai une recette infaillible de pâtes au bacon, poulet, oignons, zucchinis, crème et vin blanc, avec petites tomates et du basilic. C’est estival, sinon, l’hiver, je fais un nacho décadent.


Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es le plus fière.

Mon brownie de pandémie. J’ai désormais plusieurs adeptes, voire des disciples ! 


Profites-tu de cette période pour refaire des recettes familiales ?

CASA 0313 Dans la cuisine
Photo Adobe Stock

Comme j’ai passé beaucoup de temps avec mes parents pendant le confinement (j’ai opté pour la bulle familiale dès le début), j’ai eu la chance de cuisiner un peu avec ma maman et de profiter de son expertise pour refaire les recettes traditionnelles de ma grand-mère aussi. Comme le bouilli, la soupe à l’orge. Je suis la reine pour faire la décoration de la pâte sur les tourtières, entre autres. 

Les chouchous 

Produits culinaires chouchous ?

Le sirop d’érable. Le plus souvent possible. J’en mets partout. 


Recette fétiche ?

Les nachos de mon papa, plutôt imbattables.


Qu’ont-ils de particulier ?

Les siens, croustillants avec beaucoup de légumes, il ajoute du poulet au sirop d’érable et deux couches de fromage, piment fort échalotes vertes...


De quoi ne peux-tu te passer en cuisine ?

Je crois que le seul aliment dont je ne pourrais jamais me passer, c’est les patates ! Sinon, je crois que je serais plutôt mal en point sans sel. 


Un coup de cœur culinaire ?

Les plats de Jérôme Ferrer sont toujours incroyablement délicieux. Je suis une grande fan également du restaurant Le Holder, dans le Vieux-Montréal.


Gourmandise coupable ?

De la pâte à biscuits aux morceaux de chocolat, 7 secondes au micro-ondes.