/world/europe
Navigation

Allemagne: manifestations antirestrictions malgré le risque de 3e vague

Coup d'oeil sur cet article

BERLIN | Plusieurs manifestations contre les restrictions anti-COVID ont réuni, samedi, des milliers de personnes dans plusieurs villes d’Allemagne, malgré le risque de troisième vague signalé par les autorités sanitaires. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Vaccin – AstraZeneca annonce de nouvelles réductions de livraisons à l’UE

À Munich, la police a annoncé avoir dispersé une manifestation réunissant plusieurs milliers de personnes près du siège du parlement bavarois.

Quelque 2000 personnes, selon la police, ont aussi manifesté à Düsseldorf (ouest), où un défilé d’une centaine d’autocaravanes a traversé la ville pour protester contre les mesures anti-COVID.

À Dresde (Saxe), des centaines de personnes, dont des militants d’extrême droite et antivaccin, ont manifesté, selon la police locale, non loin du parlement de l’État-région.

La manifestation était pourtant interdite par les autorités locales, une décision confirmée vendredi soir par le tribunal administratif.

La plupart des manifestants ne portaient pas de masque et ne respectaient pas les distances, a déploré la police de Dresde, une ville d’ex-RDA où le mouvement antimasque est particulièrement actif.

La police tentait samedi, en fin d’après-midi, de disperser le cortège. De légères échauffourées ont opposé des participants aux forces de l’ordre, selon la police.

Des canons à eau ont été placés à proximité d’un centre de vaccination du centre-ville.

«Tous ceux qui participent à cette manifestation interdite se rendent-ils compte des délits commis? Le coronavirus ne sera pas stoppé comme ça, au contraire!» a fustigé Martin Dulig, chef adjoint social-démocrate du gouvernement régional.

Des rassemblements étaient annoncés durant le week-end dans d’autres villes d’Allemagne, comme Kiel, Hanovre ou Magdebourg.

Ces manifestations interviennent au moment où les autorités sanitaires allemandes mettent en garde contre une troisième vague infectieuse liée à la diffusion du variant britannique.

«L’extrapolation des tendances montre qu’il faut s’attendre à des nombres de cas supérieurs la première semaine d’avril à ceux de Noël», a prévenu samedi l’institut Robert Koch, chargé de la veille épidémiologique. Le taux d’incidence sur sept jours pourrait alors atteindre 350, contre 76,1 samedi.

Le chef de l’institut Robert Koch, Lothar Wieler, avait estimé jeudi que « la troisième vague (avait) déjà commencée en Allemagne».

Les restrictions restent pourtant sévères en Allemagne, avec la fermeture depuis des mois des bars, des restaurants, des lieux culturels et sportifs ou encore des magasins jugés non essentiels.

Angela Merkel et les dirigeants des 16 États-régions doivent faire un point d’étape et négocier d’éventuelles nouvelles mesures le 22 mars.

À VOIR ÉGALEMENT