/world/america
Navigation

Brésil: la justice interdit d'invoquer le «crime d'honneur» pour les féminicides

Coup d'oeil sur cet article

La Cour suprême brésilienne a établi qu'il était inconstitutionnel d'invoquer «un crime d'honneur» comme circonstance atténuante dans les affaires de féminicides. 

• À lire aussi: Non à toutes les violences vécues par les femmes

• À lire aussi: L’assassinat des deux femmes était empreint de rage

• À lire aussi: Arrêtez de nous tuer, nous, les femmes!

 «La thèse de la légitime défense de l'honneur est inconstitutionnelle, car elle est contraire aux principes constitutionnels de dignité de la personne humaine, de la protection de la vie et de l'égalité des genres», indique la Cour dans une décision rendue vendredi soir.

Le Brésil a comptabilisé 1326 féminicides en 2019, soit une hausse de 7,8% par rapport à l'année précédente, selon les derniers chiffres de l'ONG Forum brésilien de Sécurité publique.

En 2017, la décision d'un jury populaire d'acquitter un homme, Vagner Rosário Modesto, de tentative de meurtre de son ex-femme, qu'il avait poignardée à trois reprises un an plus tôt dans la ville de Nova Era (Minas Gerais, sud-est), avait suscité l'indignation.

Sa défense avait plaidé la «légitime défense de l'honneur» et l'accusé avait expliqué qu'il avait été aveuglé par la jalousie en voyant un message sur le téléphone portable de son ex-femme.

Un autre féminicide avait choqué le pays en 1976 lorsque Angela Diniz, une figure de la jet-set de Rio, avait été abattue par un homme d'affaires. Ce dernier avait été condamné à deux ans de prison avec sursis après avoir affirmé qu'il avait «tué par amour».

Après une mobilisation sous le mot d'ordre «Qui aime ne tue pas», l'homme avait été rejugé et finalement condamné à 15 ans de prison.