/finance/opinion/columnists
Navigation

Le Québec a le plus bas taux de chômage

Classe virtuelle Pierre Poulin
Photo courtoisie Le nombre d’emplois dans le secteur public québécois a crû de 10 500 entre février 2020 et février 2021. Ici, un enseignant en rencontre virtuelle avec ses élèves, l’an dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Après 12 mois de pandémie de COVID-19, le Québec a finalement repris sa place de numéro 1 au Canada en affichant le plus faible taux de chômage de toutes les provinces canadiennes, soit 6,4 %.

C’est 1,8 point de pourcentage de moins que le taux de chômage de 8,2 % à l’échelle du pays et 2,8 points de pourcentage de moins qu’en Ontario, notre plus grand partenaire commercial au pays.

Du coup, selon les données de l’emploi de février que Statistique Canada a publiées hier, le Québec se trouve à avoir récupéré 83,2 % des 825 800 emplois perdus en mars et avril 2020, lors de la paralysie de plusieurs secteurs de l’économie à cause du confinement lié à la COVID-19. Le Québec a ainsi regagné 687 200 emplois au cours des dix derniers mois.

Il nous reste donc 138 600 emplois à récupérer pour atteindre le nombre d’emplois record atteint au Québec il y a un an, en février 2020. C’était d’ailleurs en février 2020 que le Québec avait enregistré le plus faible taux de chômage de son histoire, soit à peine 4,5 %.

Des 138 600 emplois non encore recouvrés depuis le désastre des mois de mars et avril 2020, il y a 61 600 emplois à temps plein et 77 000 à temps partiel.

Fait important à noter : la totalité de ces emplois non regagnés est dans le secteur privé, alors que le secteur public, lui, en a créé.

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio:

PRIVÉ vs PUBLIC

Par rapport à février 2020, il reste plus précisément 102 700 emplois à récupérer dans l’entreprise privée et quelque 46 400 chez les travailleurs autonomes, pour un total de 149 100 emplois dans le privé.

Pour sa part, le secteur public québécois (provincial, fédéral, municipal, santé, éducation, etc.) rapporte une augmentation de 10 500 emplois par rapport à il y a un an, dont la moitié dans nos « administrations publiques ».

Compte tenu de l’entrée en vigueur de la vaste campagne de vaccination et du déconfinement progressif des régions, le Québec devrait être en mesure de retrouver la totalité des emplois perdus au fil des prochains mois.

Cela est d’autant plausible avec l’entrée en scène prochainement des plans de relance de l’économie que le gouvernement Trudeau et le gouvernement Legault s’apprêtent à lancer dans le cadre des prochains budgets.

SOUTIEN FÉDÉRAL 

Si le marché de l’emploi s’est grandement redressé depuis les catastrophiques mois de mars et avril 2020, c’est grâce en bonne partie au généreux programme de la Subvention salariale d’urgence du Canada qu’a créé le gouvernement de Justin Trudeau. Les entreprises admissibles au programme recevaient une subvention à la hauteur de 75 % du salaire avant la crise pour chaque employé, jusqu’à concurrence d’un salaire annuel de 58 700 $. Ainsi, la subvention maximale pouvait atteindre 847 $ par semaine par employé.

Ce programme a permis à 433 950 entreprises canadiennes de garder à leur emploi leurs employés, au lieu de les mettre à pied pendant la virulente pandémie du coronavirus.

Depuis le lancement du programme à la mi-mars 2020, le gouvernement fédéral a versé l’astronomique somme de 69,3 milliards de dollars en subvention salariale, dont environ 15,2 milliards de dollars aux entreprises québécoises participantes.

Le nombre de travailleurs québécois qui, à un moment donné, ont reçu une partie de leur rémunération à même la subvention salariale d’urgence s’élève à au moins 1,1 million. Dans l’ensemble du pays, on compte au moins 5,2 millions de travailleurs canadiens bénéficiaires de ladite subvention gouvernementale.

N’eût été ce programme de subvention salariale, le nombre d’emplois non encore récupérés dans l’ensemble du pays dépasserait de plusieurs centaines de milliers le nombre actuel.

En date d’aujourd’hui, il y a au Canada 713 700 emplois non encore regagnés dans le secteur privé (entreprise et travail autonome) par rapport à février 2020.

Dans le secteur public pancanadien, il s’est créé 114 600 emplois en 12 mois ! 

Encore loin de l’avant-crise sanitaire 

Un taux de chômage plus élevé
QUÉBEC Février 2020 Février 2021 Écart en 12 mois
Emplois 4 353 300 4 214 700 - 138 600
> Temps plein 3 541 400 3  479 800 - 61 600
> Temps partiel 811 900 734 900 - 77 000
Chômeurs 204 100 289 400 + 85 300
Taux de chômage 4,5 % 6,4 % + 1,9 point

Des emplois récupérés, mais pas assez
QUÉBEC Pertes d'emplois mars + avril 2020 Emplois récupérés à la fin février 2021 Solde d'emplois à récupérer
Temps plein 546 600 485 000 61 600
Temps partiel 279 200 202 200 77 000
Total 825 800 687 200 138 600

Le secteur privé tire de la patte
QUÉBEC Emplois Février Avril Février
Répartition 2020 2020 2021
Secteur privé 2 834 400 2 100 500 2 731 700
Secteur public 963 700 887 600 974 200
Travailleurs autonomes 555 200 539 400 508 800
Total 4 353 300 3 527 500 4 214 700