/sports/opinion/columnists
Navigation

Merveilles d’ingéniosité

De toutes les technologies de sondeurs qui ont émergé au fil des temps, c’est celle du Panoptix LiveScope qui m’a le plus impressionné. On y voit l’action en direct.
Photo courtoisie De toutes les technologies de sondeurs qui ont émergé au fil des temps, c’est celle du Panoptix LiveScope qui m’a le plus impressionné. On y voit l’action en direct.

Coup d'oeil sur cet article

On retrouve sur le marché de nombreux appareils de haute technologie qui peuvent vous aider à obtenir de bien meilleurs résultats à la pêche.

• À lire aussi: Les agents de protection de la faune sont en beau fusil

Les pêcheurs les plus âgés d’entre nous se souviendront qu’avant 1960, le seul outil qui existait pour trouver des poissons s’appelait l’instinct. Il fallait avoir du pif, comme le dit si bien l’expression. Plusieurs adeptes se servaient d’une corde graduée avec un lest pour connaître les profondeurs et découvrir quelques types de structures. Certains astucieux sportifs savaient que les formes des rives s’étendaient parfois dans l’eau, ce qui leur donnait de vagues informations sur la morphologie des secteurs environnants, mais sans plus.

Évolution

Les temps ont heureusement beaucoup changé. On a vu apparaître, au fil des années, les sondeurs à faisceaux lumineux, ceux à papier thermique et ceux à cristaux liquides. Les systèmes de navigation Loran C et GPS sont ensuite apparus. Tous ces appareils ne prennent pas de poissons à votre place, mais ils vous facilitent la tâche dans bien des cas.  

Si on analyse les rendements des sonars de 1980 à ceux de l’année 2000 puis à ceux de 2021, on n’a pas d’autres choix que d’avouer que les changements sont réellement phénoménaux. Sur une base annuelle, les améliorations sont apparues graduellement.  

La précision des sonars a monté d’un cran vers 2010. Je me souviens d’avoir été hyper impressionné d’observer un jig de 1/2 once dans 100 pieds de profondeur avec un modèle abordable et d’avoir vu une grise se déplacer en sa direction et l’attaquer. Wow ! Je ne croyais pas qu’un jour on pourrait espérer mieux.

Révolution

Il y a deux semaines à peine, j’ai eu la chance d’essayer un sonar Echomap UHD 93sv pour pêcher sur la glace avec une sonde Panoptix LiveScope. J’avais déjà expérimenté cette technologie de Garmin qui génère des images ressemblant à une échographie améliorée et j’en étais resté bouche bée, car elle nous permet de voir l’action en direct.

Il suffit de percer deux trous à proximité l’un de l’autre. Dans le premier, on descend la sonde Panoptix LiveScope qu’on a vissée au bout d’une tige fournie avec l’unité. Bien qu’on puisse scruter tout ce qui se passe aux alentours, on a intérêt à l’orienter vers le deuxième orifice dans lequel on pêchera.

Il semble alors se produire une extraordinaire magie qui nous permet de voir l’offrande en tout temps ainsi que les composantes du fonds et, surtout, les poissons. On les voit se déplacer, s’intéresser au leurre et foncer vers ce dernier le cas échéant.

C’est totalement hallucinant ! L’action se déroule en direct sous nos yeux et nous procure un avantage quasi indescriptible. Il est possible d’opter pour le mode LiveScope Forward et d’examiner jusqu’à 200 pieds autour de nous. Si on pêche plus profondément, on peut scruter directement vers le bas avec le mode Down. En plus de 35 ans de carrière, je n’ai jamais vu une innovation aussi impressionnante. C’est simple, si on ne voit pas de poissons à l’écran, c’est qu’il n’y en a pas. Le GPS, équipé avec la carte LakeVü G3, nous guide sur plus de 13 000 plans d’eau.

Le même système de sondeur à balayage en temps réel, Panoptix LiveScope, fonctionne aussi en eau libre sur votre embarcation. On peut le fixer sur la coque, sur l’arbre du moteur électrique ou sur une perche latérale qu’on immerge dans l’eau. Il y a différents types de fixation en fonction de vos besoins.

Plein la vue

Les caméras sous-marines sont de précieux alliés pour voir tout ce qu’il y a à voir dans la colonne d’eau.
Photo courtoisie
Les caméras sous-marines sont de précieux alliés pour voir tout ce qu’il y a à voir dans la colonne d’eau.

Le plus gros joueur de l’industrie des caméras sous-marines, Aqua-vu, propose 11 modèles de lentilles et d’écrans combinés. 

La très grande majorité des utilisateurs de ce type d’appareil sont habituellement ravis par la précision et la netteté des visuels obtenues. On descend la caméra dans la pénombre des profondeurs et la petite lentille, équipée d’un système d’éclairage infrarouge, transmet des images en couleur fascinantes sur un moniteur à cristaux liquides. On y voit tout ce qu’il y a à voir, surtout les poissons. De nombreux passionnés, dont plusieurs pêcheurs de tournois, passent de longues heures à scruter les abysses avant même de lancer leur offrande. 

La nouvelle série Micro est offerte en trois versions. Celle qui sort vraiment des rangs est la Micro Révolution Pro 5.0. Cet instrument ressemble à un gros moulinet qui peut tenir au fond de la main. D’un côté, vous avez un écran de 5 po ultra détaillé proposant une douzaine de caractéristiques permettant d’enregistrer et de transférer les images captées. De l’autre côté, il y a une poignée et une bobine sur laquelle sont enroulés 60 pieds de câble vidéo gradué au pied. On peut donc facilement descendre et monter le tout. Il y a même une boussole intégrée qui donne la direction vers laquelle elle pointe et un stabilisateur de position.

J’ai eu la chance de voir la prochaine génération de caméras qui sortira à la fin de 2021. Imaginez, la série Multi-Vu vous donnera l’occasion de visualiser toutes les images filmées sur votre écran de sonar ou sur celui d’un téléviseur dans une cabane de pêche blanche par exemple. Il s’agit là d’une innovation marquante dans ce domaine.


Pour en savoir plus, visitez les sites garmin.com/fr-CA/ et aquavu.com