/weekend
Navigation

«La Tour»: une aventure salutaire pour Patrick Huard

Patrick Huard
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

En présentant des conversations à bâtons rompus entre différentes personnalités, La Tour offre des 5 à 7 par procuration à plusieurs confinés depuis septembre. Un bienfait non négligeable en période de pandémie. Pour Patrick Huard, l’aventure s’est également avérée salutaire : elle l’a aidé à rester sain d’esprit durant cette crise.

• À lire aussi: Les artistes de la pandémie

« Ça m’a permis d’avoir une forme de vie sociale, observe l’animateur en entrevue. Juste pour ça, c’est énorme. »

Patrick Huard l’avoue : il n’aurait probablement jamais accepté de piloter La tour en temps normal. Le comédien avait refusé plusieurs propositions de talk-shows avant d’être approché par Québecor Contenu, Trio Orange et TVA au printemps 2020. La COVID-19 ayant suspendu ses projets, le comédien, réalisateur et humoriste n’avait plus vraiment de prétexte pour décliner cette offre.

« Le timing était bon, résume le principal intéressé. Je me suis dit qu’au pire, j’allais quitter après une saison. »

Aller jusqu’au bout

Patrick Huard a démarré La Tour après avoir réalisé Escouade 99, l’adaptation québécoise de Brooklyn Nine-Nine sur Club illico, et joué un clown itinérant dans Mon cirque à moi, un film de Miryam Bouchard sorti en août.

Lancer un talk-show en pleine crise sanitaire n’a pas été de tout repos, mais malgré les embûches, cette aventure apporte « beaucoup de plaisir » au principal intéressé.

« Une part de moi a vraiment envie d’aller au bout du projet sans pandémie. Parce que présentement, il y a plein d’affaires qu’on ne peut pas faire. Ça ne paraît pas à l’écran, mais tout est ultra complexe. On doit tout le temps être à deux mètres... Chaque fois que je passe un verre à quelqu’un, on doit couper et attendre que quelqu’un avec une visière complète l’opération... Ça complique notre mise en scène. Ça nuit à l’ambiance de party qu’on veut créer. »

Confiance

Patrick Huard, qui entamera les tournages des nouveaux épisodes des Honorables au mois d’avril, entrevoit l’avenir avec beaucoup de confiance. L’automne prochain, il espère enregistrer La Tour sans devoir respecter 1001 protocoles.

« La fin approche. Le printemps arrive. La vaccination s’accélère... Quand toutes les personnes vulnérables vont être vaccinées, le stress va tomber. Ma mère vient d’avoir son rendez-vous pour son vaccin. On a braillé de joie, toute la famille. On ne s’en rend plus vraiment compte, mais l’inquiétude qui nous habite, c’est lourd. Quand ça s’en va, c’est fou comme ça nous éclaire le visage. C’est comme courir un marathon avec des poids de 15 lb aux pieds. Quand tu les enlèves, tu réalises à quel point ça pesait. »