/entertainment/music
Navigation

Un Québécois dans un clip de Bebe Rexha

Jean-François Poirier figure dans le clip de Sacrifice

Jean-François Poirier
Capture d'écran, YouTube Jean-François Poirier joue le rôle masculin principal du clip de Sacrifice, de Bebe Rexha.

Coup d'oeil sur cet article

La chanteuse américaine Bebe Rexha a fait appel au Québécois Jean-François Poirier pour tenir la vedette de son clip Sacrifice, vu à 4 millions de reprises depuis sa mise en ligne, il y a un peu plus d’une semaine. 

« Ç’a été toute une expérience. Et c’est vraiment une très grande visibilité pour moi », atteste le mannequin et comédien québécois au bout du fil. 

Jean-François Poirier n’est toutefois pas étranger à ce genre de « visibilité », ayant par le passé été le visage de différentes campagnes publicitaires pour Chanel et Louis Vuitton, entre autres. 

Sang à profusion

Recruté par l’équipe de Bebe Rexha en janvier dernier, il incarne dans le clip un médecin qui tombe entre les griffes de la chanteuse et sa bande de copines vampiriques. S’ensuit alors un mauvais quart d’heure qui vient donner tout son sens au titre Sacrifice

De son propre aveu, Jean-François Poirier ne savait pas du tout à quoi s’attendre lorsqu’il s’est présenté au studio de Los Angeles, où il allait passer la nuit devant les caméras. 

« Tout ce que je savais, c’est que j’allais jouer le rôle d’un médecin. Alors, disons que j’ai été surpris de les voir m’asperger sans cesse de sang [rires]. Mais j’ai eu beaucoup de plaisir, j’aime aller dans les zones plus sombres avec des personnages comme celui-là », raconte-t-il. 

Carrière internationale

Il y a déjà une quinzaine d’années que Jean-François Poirier a quitté son Québec natal, suivant d’abord sa carrière de mannequin jusqu’en Europe, puis aux États-Unis. Après quelques années passées à New York, il a finalement posé ses pénates à Los Angeles, en Californie, où il réside aujourd’hui. 

C’est là qu’il a, entre autres, décroché un rôle dans le film Pretenders, aux côtés de James Franco.

Mais son désir le plus cher, avoue-t-il, demeure de s’illustrer davantage à l’écran québécois. Depuis quelque temps, il multiplie d’ailleurs les auditions chez les producteurs d’ici. 

« Faire une série télé chez moi, au Québec, en français... c’est réellement ça, mon plus grand rêve. Et je sais que de tourner dans ma ville, dans ma langue, me permettrait d’aller chercher un niveau d’émotion viscéral. Je n’ai aucun doute que ça ferait sortir le meilleur de moi-même », explique-t-il.