/entertainment/music
Navigation

Grammy Awards: «I Can’t Breathe» de H.E.R, chanson de l’année

Grammy Awards: «I Can’t Breathe» de H.E.R, chanson de l’année
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’artiste R&B américaine H.E.R. a remporté, dimanche, le Grammy Award de la chanson de l’année pour «I Can’t Breathe», hymne réclamant la fin des discriminations raciales et des brutalités policières sorti dans la foulée des manifestations provoquées par le meurtre de George Floyd au printemps dernier. 

• À lire aussi: Grammy Awards: la rappeuse Megan Thee Stallion révélation de l'année

• À lire aussi: Deux Grammy pour le Montréalais Kaytranada

«I Can’t Breathe» (je n’arrive pas à respirer) fait référence aux derniers mots prononcés par Eric Garner, un Américain noir mort asphyxié lors de son arrestation par la police à New York, en juillet 2014.

Avant de perdre connaissance et de mourir, George Floyd, quadragénaire noir lui aussi, avait à plusieurs reprises prononcé ces paroles en suppliant le policier blanc qui s’était agenouillé sur son cou pendant près de neuf minutes.

Le procès de ce policier, Derek Chauvin, s’est ouvert en début de semaine à Minneapolis.

Ces trois mots étaient devenus le cri de ralliement des manifestations organisées par le mouvement Black Lives Matter contre les brutalités policières et H.E.R. s’interroge, dans son titre plein de blues, sur la raison pour laquelle ils se heurtent si souvent à l’indifférence de ceux qui les entendent.

C’est le troisième Grammy Award de H.E.R., de son vrai nom Gabriella Wilson, à 23 ans seulement. Multi-instrumentiste, parolière, la jeune femme a déjà reçu pas moins de 13 nominations aux Grammy Awards.

Durant l’année écoulée, H.E.R. a également signé un autre titre engagé, «Fight For You», pour la bande originale du film Judas and the Black Messiah, sur les Black Panthers durant les années 1960.

La chanteuse à la guitare de feu a aussi produit un nouveau clip de sa chanson «I’m Not OK», réorientant le sens de ce titre vers le sujet des brutalités policières envers la communauté noire.