/sports/hockey/canadien
Navigation

Josh Anderson promet beaucoup mieux

L'attaquant du Canadien Josh Anderson
Photo Martin Chevalier L'attaquant du Canadien Josh Anderson

Coup d'oeil sur cet article

Pour Josh Anderson, revenu au jeu le 6 mars après avoir soigné une blessure au bas du corps et qui a depuis disputé les cinq matchs des siens, le calendrier condensé n’est pas un prétexte pour justifier une baisse de régime comme celle du Canadien.

Le Tricolore a perdu samedi soir un match sans éclat, malgré le congé d’entraînement la veille et une journée complète de repos. Il devra trouver une solution rapidement, puisqu’une autre semaine de quatre matchs attend les joueurs.

«Vers le milieu de la saison, c’est comme si on jouait aux deux jours, ce qui est le cas. C’est difficile, mais toutes les autres équipes le font aussi, a-t-il rappelé dimanche après l’entraînement du CH à Winnipeg.

«On ne peut chercher d’excuses. Il faut être compétitif et jouer avec intensité.»

Auteur de 10 buts et 14 points en 24 sorties, Anderson a totalisé trois tirs au but et deux mises en échec dans la défaite de 3 à 1 face aux Flames de Calgary, samedi.

Il ne prend pas à la légère les deux matchs face aux Jets, lundi et mercredi, avant le retour à Montréal pour ceux de vendredi et samedi.

«Les deux prochains affrontements seront très importants pour nous. Dans les deux derniers, nous n’étions pas engagés comme on aurait dû l’être et la communication et le soutien n’étaient pas présents.

«Lorsque c’est le cas, nous connaissons du succès.»

Une «garantie» pour lundi

L’attaquant s’est montré convaincant en vue du match de lundi. À en croire ses dires, le Tricolore ne s’en laissera pas imposer face aux Jets, qu’il n’a vaincus qu’une seule fois en quatre duels cette saison (1-1-2).

«Je peux vous garantir que tout le monde aura des ailes et sera prêt à jouer. Nous n’avons pas le choix avec l’écart des points en ce moment au classement.»

Si l’exécution est visiblement laborieuse sur la glace, Anderson assure que les joueurs ont confiance en leurs capacités.

«Nous y croyons tous. C’est juste une question d’exécuter [notre travail] et de se soutenir pour y arriver. Nous nous sommes parlé. On croit en cette équipe.»