/sports/hockey/canadien
Navigation

«Nous sommes et serons toujours avec toi» – Denis Potvin à l'intention de Guy Lafleur

L'ancienne vedette du Canadien Guy Lafleur
Photo d'archives MARIO BEAUREGARD L'ancienne vedette du Canadien Guy Lafleur

Coup d'oeil sur cet article

L’ancienne gloire des Islanders de New York Denis Potvin n’a pas hésité une seconde quand la Fondation du CHUM l’a contacté pour participer à une collecte de fonds en lien avec Guy Lafleur.

Dimanche après-midi, l’ex-défenseur était le premier invité d’une série de 10 Facebook Live animés par le journaliste du réseau TVA Sports Louis Jean. L’initiative intitulée Le Club des 10 permet aux donateurs de vivre une expérience unique avec des légendes de la Ligue nationale de hockey (LNH) et de leur poser des questions.

D’entrée de jeu, Potvin a exprimé tout le respect et l’amour qu’il a pour Lafleur. Les deux hommes ont longtemps été des rivaux, mais ils ont également été des coéquipiers dans l’équipe nationale en 1976, dans le cadre de la Coupe Canada.

«J’ai eu toute une surprise quand je suis arrivé à l’Hôtel Bonaventure de Montréal, s’est souvenu celui qui a joué 1060 matchs dans la LNH. On m’a remis la clé de ma chambre et quand j’y suis monté, Guy Lafleur était mon cochambreur. [...] J’ai vraiment appris et eu le bonheur de le connaître là.»

S’il a découvert l’homme en 1976, Potvin a connu le hockeyeur plusieurs années auparavant, quand les deux hommes avaient 11 ou 12 ans.

«Je me souviendrai toujours que nous avions joué un tournoi à Rockland, en Ontario, et que tout le monde parlait d’un certain Guy Lafleur de Thurso. Quand nous avons joué contre son équipe, il a décoché un lancer frappé dès les premiers instants du match. Il a tiré du centre de la glace et je pense que notre gardien est allé se cacher», s’est-il souvenu en rigolant.

Apprendre à gagner

Au début des années 1980, Potvin et les Islanders de New York ont réalisé un exploit qui semble impossible de nos jours, soit remporter quatre coupes Stanley consécutives.

Selon celui qui a été le capitaine des Insulaires pendant leurs glorieuses années, cette dynastie n’aurait pas vu le jour sans le Canadien de Montréal, qui comptait dans ses rangs un certain numéro 10.

«Pour gagner, il faut apprendre à le faire, a expliqué Potvin. Dans les années 1970, le Canadien a remporté quatre coupes Stanley. Nous, les Islanders, nous étions une jeune équipe. Nous avions affronté le Canadien deux fois et nous avions perdu, mais nous avions appris beaucoup.»

Encore reconnu comme l’un des meilleurs de sa profession, l’ancien arrière a aussi expliqué pourquoi il ne donnait jamais de coup de bâton au «Démon Blond».

«Les gars qui me faisaient le plus peur, c’étaient les joueurs comme Wayne Gretzky et Guy Lafleur, a-t-il répondu à l’une des questions d’un donateur. Ce sont des gars qui vont compter des buts quand ils sont fâchés. Si tu donnes un coup de bâton à Guy Lafleur, il ne va pas se battre avec toi, mais il y a des chances qu’il prenne sa revanche en inscrivant des buts.»

Potvin a terminé son entretien avec Louis Jean en s’adressant directement à son ami.

«En fin de compétition, tu étais toujours le meilleur. Je veux te voir continuer [de te battre contre la maladie]. Nous sommes et serons toujours avec toi.»

– Il est possible de rejoindre Le Club des 10 via le site internet de la Fondation du CHUM.