/weekend
Navigation

Un chanteur au bout du fil

Irvin Blais
Photo courtoisie, Laurence Labat Irvin Blais

Coup d'oeil sur cet article

On pourrait difficilement reprocher à Irvin Blais de ne pas être près de ses fans, ni à leur écoute. Pourquoi ? Parce que le chanteur country n’hésite pas à faire inscrire son propre numéro de téléphone cellulaire sur ses albums.

Cette initiative, Irvin Blais l’a prise au début de sa carrière de chanteur, alors qu’il lançait son premier album. Même si son graphiste de l’époque a tenté de le dissuader d’imprimer ses coordonnées personnelles au revers de la pochette, il a refusé de courber l’échine. Et il ne l’a jamais regretté. 

« En toutes ces années, je n’ai jamais eu d’appel déplacé ou désagréable. C’est extrêmement valorisant de parler avec les gens qui achètent mes albums, qui me permettent de gagner ma vie en chantant. Tout le monde a quelque chose à dire, une histoire à raconter. Il suffit de les écouter. Et ça, c’est mon métier », raconte le chanteur. 

C’est donc ainsi que naissent plusieurs de ses chansons, Irvin Blais puisant son inspiration à même les confidences de ses fans. Et ça, ils le lui rendent bien, achetant en grand nombre les albums qu’il lance régulièrement depuis près de 20 ans. Ils se déplacent en masse pour le voir sur scène – quand la situation le permet – que ce soit en salles ou en festivals. Un documentaire, La voix du peuple, lui a même été consacré l’an dernier. 

Un 14e album

Malgré tout, son nom demeure encore méconnu en dehors du milieu country. Ses chansons ne tournent pas sur les ondes des radios commerciales des grands centres, pas plus qu’elles ne sont récompensées lors des galas de l’industrie. 

« Ça me fait quelque chose... Par contre, je sais très bien que je ne peux pas être connu de tout le monde. Et pour moi, le succès c’est de voir les gens qui sont contents d’entendre mes chansons, qu’ils me disent qu’ils ont ressenti quelque chose. Ça, ça vaut plus qu’un trophée sur une tablette », indique-t-il. 

Voilà pourquoi il continue la route qui le mène aujourd’hui à un 14e album, Léda, lancé cette semaine. 

Pourquoi lui avoir donné ce titre ? Parce qu’il s’agissait du prénom de sa belle-sœur, emporté par le cancer l’an dernier. 

« Léda était une femme extraordinaire. Une femme bonne et unique, comme son prénom. Elle mérite que les gens connaissent son nom », avance-t-il.


L’album Leda est présentement disponible.