/news/health
Navigation

Les gastro-entérologues craignent une hausse des cancers

Coup d'oeil sur cet article

L’Association des gastro-entérologues du Québec (AGEQ) s’inquiète d’une éventuelle hausse du nombre de cancers colorectaux en raison de la diminution du dépistage.

Déjà durant la pandémie, l’AGEQ a constaté que les cancers colorectaux étaient souvent dépistés trop tard. Une situation qui est attribuable au fait que moins les patients étaient hésitant à se présenter dans les hôpitaux à cause de la pandémie de COVID-19, selon elle.

  • Écoutez l'entrevue de la présidente de l'Association des gastro-entérologues du Québec, Dre Mélanie Bélanger avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Diagnostiqué il y a 7 ans alors qu’il était asymptomatique, Yves Dubé a eu la vie sauve à cause d’un test de dépistage.

«J’ai été opéré (...) pour retirer 8 pouces de colon environ. C’est là qu’on a découvert que la tumeur avait déjà transpercé le colon. Elle était rendue à l’étape de se répandre. J’ai été très très chanceux!», a raconté l’homme à TVA Nouvelles.

Il remercie aujourd’hui son médecin de lui avoir recommandé de faire le test, sans quoi ça aurait pu être fatal pour lui.

«C'est une petite tige de plastique sur laquelle on va toucher les selles. Donc, on ne touche absolument pas notre corps. on fait ça à la maison. Et puis on referme ceci. Et je vous garantis que c'est totalement hermétique. On inscrit notre nom et la date, et puis on va redéposer ça au CLSC avec l'ordonnance que notre médecin nous a donnée», a expliqué la Dre Mélanie Bélanger, présidente de l'AGEQ.

Depuis le début de la pandémie, l’ACEQ dit avoir enregistré une baisse de 74% du nombre de tests de dépistage. Les coloscopies et les chirurgies sont respectivement en baisse de 66% et 30%.