/world/europe
Navigation

Norvège: mort d'une soignante vaccinée avec AstraZeneca

Coup d'oeil sur cet article

La Norvège a annoncé lundi la mort par hémorragie cérébrale d’une soignante de moins de 50 ans qui avait été hospitalisée après avoir reçu une injection du vaccin anti-COVID d’AstraZeneca, sans qu’un lien entre les deux puisse être établi à ce stade. 

• À lire aussi: L'Allemagne, l'Italie et la France suspendent la vaccination avec AstraZeneca

• À lire aussi: Vaccin AstraZeneca : beaucoup d’inquiétudes, mais aucune preuve d’un danger spécifique

• À lire aussi: Vaccin AstraZeneca: 10 cas possibles de caillots sanguins aux Pays-Bas

C’est le deuxième cas analogue mortel signalé en quelques jours dans le pays nordique qui a suspendu jeudi « par précaution » le vaccin développé par le laboratoire anglo-suédois. 

  • Écoutez l'entrevue du professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM et expert en virologie, Benoit Barbeau avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Samedi, les autorités sanitaires norvégiennes avaient fait état de l’hospitalisation de trois membres du personnel soignant souffrant de thrombopénie (quantité anormalement basse de plaquettes sanguines), de saignements et de caillots sanguins.

Présentés comme relativement jeunes, tous avaient auparavant reçu une première injection du vaccin d’AstraZeneca.

L’un de ces trois soignants, une femme de moins de 50 ans jusqu’alors « en bonne santé », a succombé dimanche des suites d’une hémorragie cérébrale, ont indiqué les autorités sanitaires. Elle avait été hospitalisée jeudi, environ une semaine après avoir reçu le vaccin.

« Nous ne pouvons ni exclure ni confirmer que cela a quelque chose à voir avec le vaccin », a déclaré un responsable de l’Agence norvégienne des médicaments, Steinar Madsen, lors d’une conférence de presse.

L’état de santé des deux autres soignants hospitalisés a été qualifié de stationnaire.

Une autre soignante d’une trentaine d’années était déjà morte vendredi en Norvège, dix jours après avoir reçu le même vaccin. D’autres décès ont aussi été rapportés en Europe, notamment en Autriche et au Danemark. 

L’Agence européenne des médicaments (AEM) cherche à déterminer si ces cas sont liés au vaccin. Vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait assuré qu’il n’y avait « pas de raison de ne pas utiliser » celui-ci et le fabricant s’est voulu lui aussi rassurant.

Selon les autorités médicales norvégiennes, environ 130 000 personnes se sont vu administrer le vaccin dans le pays nordique, jusqu’à la suspension annoncée jeudi en raison de craintes liées à la formation de caillots sanguins. 

D’autres pays européens -- France, Bulgarie, Irlande, Pays-Bas, Allemagne, Italie -- ont depuis pris une décision similaire.

Au Danemark, premier pays à avoir suspendu sa campagne de vaccination avec l’AstraZeneca jeudi, l’autorité nationale du médicament a adressé lundi un courrier aux quelque 100 000 personnes ayant reçu une injection du vaccin anglo-suédois au cours des 14 derniers jours. 

La lettre leur recommande une vigilance accrue face à des symptômes tels des bleus anormaux, des saignements cutanés ou muqueux, de forts maux de tête ou de ventre.

Le Danemark avait suspendu par précaution sa campagne après le décès suspect d’une femme de 60 ans avec des symptômes « très inhabituels », similaires à ceux décrits ce week-end par les autorités sanitaires norvégiennes.

Il s’agissait d’« un faible nombre de plaquettes, des caillots sanguins dans les petits et grands vaisseaux et des saignements », a précisé la porte-parole de l’agence danoise du médicament, Tanja Erichsen, dans un communiqué.

Mais les autorités danoises n’avancent elles non plus aucun lien établi entre le vaccin et ce décès.

À VOIR ÉGALEMENT...