/news/society
Navigation

Encore du racisme envers une Attikamek à Joliette

Deux infirmières du CLSC sont suspendues sans solde

Coup d'oeil sur cet article

Deux infirmières du CLSC de Joliette ont été suspendues sans solde hier pour des propos discriminatoires qu’elles auraient tenus envers une femme attikamek qui recevait des soins.  

• À lire aussi: «Je me suis sentie humiliée» - Jocelyne Ottawa

« Hier [vendredi], j’ai encore vu les infirmières se moquer. Quand elles ont vu mon nom, elles voulaient me nommer Joyce et elles ont voulu me demander de chanter en attikamek [...] Elles sont parties à rire » a témoigné Jocelyne Ottawa, samedi, dans un statut en attikamek sur Facebook. 

La sœur du chef du Conseil des Attikameks de la réserve Manawan s’était rendue au CLSC de Joliette la veille pour un rendez-vous de santé.

L’affaire survient moins de six mois après la mort de Joyce Echaquan, une femme attikamek de Manawan décédée le 28 septembre dans un hôpital près de Joliette, après avoir filmé du personnel soignant lui lancer des injures à caractère raciste.    

  •  Écoutez l’entrevue d’Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones  

« Les infirmières en question se sont basées sur ce triste épisode pour lui dire : “on va juste t’appeler Joyce”. C’est très irrespectueux. Je dirais même inhumain, sachant le traumatisme que la communauté de Manawan a vécu en septembre, et vit toujours », a rappelé le grand chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard. 

Et « qu’est-ce que ça va prendre pour que ça change ? [...] S’il y a un endroit où une leçon aurait dû être apprise, c’est bien à Joliette », s’est-il désolé. 

« Je ne suis pas juste choquée, je suis outrée. Ces comportements racistes sont intolérables et inadmissibles », a lancé la PDG par intérim du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière, Caroline Barbir, qui a été mise au courant de l’affaire hier vers 11 h.

Le CISSS a aussitôt ouvert une enquête.

Et au vu des allégations « sérieuses et bouleversantes », les deux infirmières ont été immédiatement suspendues sans solde. 

« Habituellement, il y a un salaire pendant l’enquête », a précisé Mme Barbir.   

  • Écoutez la chronique de Gilles Proulx au micro de Richard Martineau sur QUB radio:    

Elles avaient eu la formation

Les employées avaient également suivi la formation en sensibilisation culturelle offerte au personnel du CISSS à la suite du décès de Joyce Echaquan.

« Elles ont de l’expérience », fait valoir Mme Barbir, qui veut obtenir des réponses rapides. 

« C’est plus une question de jours que de semaines », assure-t-elle.

Le vice-chef de la communauté de Manawan, Sipi Flamand, « ne sait pas » si Jocelyne Ottawa portera plainte au CISSS de Lanaudière.

Le cabinet du ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, a confirmé au Journal qu’un suivi sera fait avec le chef du Conseil des Attikameks de Manawan, Paul-Émile Ottawa.

– Avec Simon Dessureault, Agence QMI