/sports/others
Navigation

Laurie Blouin couronnée aux championnats mondiaux

Du côté des hommes, le Québécois Maxence Parrot a remporté la médaille d’argent

La planchiste Laurie Blouin
Photo AFP La planchiste Laurie Blouin

Coup d'oeil sur cet article

Laurie Blouin a décroché le deuxième titre mondial de sa carrière en remportant, mardi, à Aspen, au Colorado, la médaille d’or de l’épreuve du Big Air.

Au cinquième rang avant de s’élancer pour son dernier saut, Blouin a obtenu un pointage de 89,75 points pour prendre les commandes. 

Avec quatre compétitrices à venir, son score cumulatif de 177,75 points pour ses deux meilleures manœuvres a tenu le coup. Blouin avait remporté l’or en slopestyle au mondial de 2017 au Sierra Nevada en Espagne.

« Je suis vraiment contente, a-t-elle mentionné peu de temps après son saut victorieux. J’avais de la pression à mon troisième saut, mais faut croire que ça fonctionne bien sous pression. C’est différent de ma première victoire au mondial parce qu’il s’agit d’une épreuve différente. »

Blouin s’est dite surprise de monter sur la plus haute marche du podium. 

« Après mon dernier saut, je pensais terminer en deuxième ou en troisième place, a-t-elle mentionné. Je n’avais pas d’attentes. C’est encore mieux ainsi. À mon premier saut, j’ai misé sur ma manœuvre la plus difficile, mais je n’y suis pas allé assez gros. À mon deuxième saut, je manque de constance sur ce truc. J’ai réussi à atterrir mon troisième. » 

Écartée de la finale en slopestyle deux jours plus tôt, Blouin assure qu’elle avait tourné la page. 

« Je n’étais pas plus stressée au Big Air parce que j’avais raté la finale au slopestyle. J’ai passé par-dessus et je me suis concentrée sur le Big Air. Comme toujours, je visais le podium, mais je me suis présentée ici pour avoir du plaisir et en abordant le mondial comme une épreuve comme les autres. »

Première après deux rondes, la Néo-Zélandaise Synnott Zoi Sadowski a terminé un point derrière. Blouin et la Japonaise Miyabi Onitsuka a complété le podium avec 174,75 points.

Laurie Blouin est montée sur la plus haute marche du podium mardi, à Aspen, au Colorado.
Photo AFP
Laurie Blouin est montée sur la plus haute marche du podium mardi, à Aspen, au Colorado.

L’argent pour Parrot

Maxence Parrot a effectué un très bon troisième saut, ce qui lui a permis de remporter la médaille d’argent. Occupant le 5e rang après deux sauts, Parrot a obtenu 88,75 points pour sa deuxième manœuvre, ce qui lui a permis de se hisser en deuxième place avec un score cumulatif de 178,25 points. Seul son compatriote Mark McMorris a mieux fait que lui avec un pointage de 179,25 pour offrir un doublé au Canada. 

Le bronze fut l’affaire du Norvégien Marcus Kleveland (176,25 points) qui avait remporté l’or au slopestyle.

« Mon but initial était de remporter l’or, mais je n’ai pas atterri mon deuxième saut, a raconté Parrot. À mon troisième saut, plusieurs gars étaient tombés avant moi et j’ai décidé d’y aller plus intelligemment pour assurer ma place sur le podium. C’est toujours le fun d’avoir un doublé canadien et trois médailles si on compte celle d’or de Laurie chez les femmes. Trois médailles sur six en Big Air, ça démontre que l’équipe canadienne est très forte. »

Après sa victoire en Autriche en janvier, Parrot participait seulement à sa deuxième compétition de l’année, lui qui a raté la Coupe du monde de Laax en Suisse et les X Games après avoir contracté le COVID-19. 

« Même si je ne me suis pas croisé les bras, j’ai passé un mois à la maison au Québec et ce fut une année différente. Je suis content que le mondial ait eu lieu et qu’il y aura trois autres compétitions d’ici la fin de l’année. Je suis content que la saison se termine sur une bonne note. »

Édouard Theriault remporte l’argent 

Édouard Therriault, Médaille d’argent
Photo AFP
Édouard Therriault, Médaille d’argent

À seulement 18 ans, Édouard Therriault a remporté, mardi, l’argent dans l’épreuve de Big Air aux championnats mondiaux de freeski à Aspen.

Occupant la 5e place provisoire avant de s’élancer pour son dernier saut, Therriault a très bien réussi sa manœuvre pour prendre les commandes avec 183 points avec un seul skieur à venir.

Problème technique 

En raison d’un problème technique relié à la retransmission de l’événement, le skieur de Lorraine a dû patienter une dizaine de minutes avant qu’Oliwer Magnusson s’exécute. Le Suédois a obtenu un pointage de 185,25 points pour enlever l’or. Le Suisse Kim Gubser (180,75) a complété le podium et le Canadien Evan McEachran (178,75) a pris le 5e rang.

« Je ne m’attendais pas vraiment à ça, a reconnu Therriault qui a pris part à sa première finale en carrière le 8 janvier, à Kreischberg en Autriche, en terminant en 9e position à sa deuxième saison sur le circuit de la Coupe du monde. Mon moral a été aussi bon que ma routine. Le ski est une partie de plaisir et c’est la même chose en compétition. Je suis très, très fier. La nervosité n’était pas présente. J’étais simplement heureux d’être présent en sachant que mes amis et ma famille me regardaient à la maison. »

L’attente avant que Magnusson s’élance n’a pas paru une éternité pour Therriault. « J’ai savouré chaque moment, a-t-il assuré. Ce n’était aucunement douloureux, mais seulement du plaisir. Peu importe ce que mon adversaire faisait, j’étais assuré de terminer au 1er ou au 2e rang. Je vivais un gros rêve. »

Rencontre avec son idole

En plus de sa médaille d’argent, le skieur de 18 ans qui a remporté le titre mondial junior en slopestyle en 2019 à Klaeppen en Suède a vécu un autre rêve. Il a fraternisé toute la semaine avec son idole Henrik Harlaut. 

« Il est venu me féliciter après ma médaille et j’ai pris une photo avec lui pour immortaliser le moment, a raconté Therriault. Même à 29 ans et avec 12 ou 13 médailles aux X Games, il est encore à son meilleur et il demeure fidèle à ses valeurs. Il n’a pas peur d’afficher son style. Je l’avais déjà rencontré, mais on a commencé à se parler cette semaine. »

« C’est l’idole de tout le monde, ajoute Therriault. C’est cool qu’il m’appuie et qu’il soit content de mon ski. »