/sports/hockey
Navigation

Nashville et rien d’autre pour Pekka Rinne

Nashville et rien d’autre pour Pekka Rinne
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le gardien Pekka Rinne n’a rien connu d’autre que les Predators de Nashville dans la Ligue nationale de hockey (LNH) et il n’a pas l’intention d’explorer de nouvelles contrées d’ici la fin de sa carrière. 

• À lire aussi: Une première en six matchs pour les Predators face au Lightning

Choix de huitième tour, le 258e au total, des «Preds» au repêchage de 2004, le Finlandais de 38 ans a disputé ses 679 matchs de saison régulière au Tennessee et même si son équipe semble loin de la coupe Stanley, il souhaite demeurer à un endroit où il se sent à l’aise et apprécié. Pourtant, les siens éprouvent des ennuis cette saison comme le montre leur fiche de 12-16-1, bonne pour le sixième rang de la section Centrale.

Aussi, Nashville risque de figurer parmi les vendeurs à la date limite des transactions du 12 avril et le vétéran pourrait être tenté de demander un échange afin d’obtenir une chance logique de remporter les grands honneurs ailleurs. Or, il n’en est rien, en dépit de l’échéance de son contrat de deux ans et de 10 millions $ prévue cet été.

«Je crois en cette organisation. Je veux me retirer en tant que Predator», a-t-il affirmé au site The Athletic récemment.

Rinne sait bien qu’il aurait la possibilité d’imiter Raymond Bourque, qui a conclu sa carrière à l’âge de 40 ans en soulevant la coupe avec l’Avalanche du Colorado au printemps 2001. Cependant, il préfère ne pas se faire d’illusions.

«Je me souviens qu’ils avaient déjà un club très solide. Il [Bourque] avait joué un grand rôle pour eux. Ce fut une belle histoire pour un joueur incroyable et une légende. Malheureusement, cela arrive rarement.»

Loin du but

Chez les Predators, Rinne a connu d’excellents moments, totalisant 366 gains et 59 blanchissages en saison. Il a réalisé trois campagnes d’au moins 40 triomphes et a empoché le trophée Vézina en 2017-2018. Par contre, ses chances de passer à côté du prix le plus convoité du hockey sont élevées s’il demeure à Nashville.

Avec 29 rencontres disputées, la troupe de l’entraîneur-chef John Hynes se trouve à huit points d’une place en séries et doit composer avec des clubs jouant avec conviction dans sa section, à savoir le Lightning de Tampa Bay, les Panthers de la Floride et les Hurricanes de la Caroline. Par ailleurs, le pacte de Rinne comprend une clause de non-échange partielle.

Les «Preds» semblent aussi tenir aux services de leur gardien, qui a participé à 20 matchs cette saison, notamment en raison d’une blessure de Juuse Saros.

«En parlant avec lui, je sais qu’il est vraiment excité de pouvoir jouer autant, a admis Hynes. Dès le début de l’année, il se trouvait dans un bon état d’esprit. Il est arrivé ici en excellente condition et prêt à performer. Juste avec ses accomplissements, il a été une source d’inspiration pour les gars. On le voit chaque jour: c’est un compétiteur qui a faim et qui travaille fort. Il veut être devant le filet.»