/entertainment/music
Navigation

PETiTOM voit grand

L’artiste enchaîne les collaborations musicales depuis La Voix

PETiTOM
Photo courtoisie, Marc-Antoine Turcotte PETiTOM travaille présentement sur un projet d’album.

Coup d'oeil sur cet article

Après Mixmania, Révolution et La Voix, PETiTOM continue de voir grand. Celui qui lançait une collaboration avec le rappeur FouKi au début du mois rappliquera dès vendredi avec Bye-là, une nouvelle chanson ensoleillée pour accueillir le printemps. 

Il n’a pas chômé, ce PETiTOM, depuis qu’il a été délogé de La Voix. Son aventure s’est terminée aux quarts de finale, après un parcours divisé entre l’équipe de Cœur de pirate et celle de Marc Dupré.

Certes, la pandémie a en quelque sorte compliqué les choses. Mais pas question de briser le momentum créé par sa participation au phénomène télévisuel. 

« Dans la vie, il y a deux types de personnes : ceux qui attendent que les choses changent et ceux qui travaillent pour faire changer les choses. Je fais partie du deuxième groupe », affirme Tommy Tremblay, alias PETiTOM. 

D’ailleurs, pourquoi ce sobriquet ? Pour la folie et l’humilité qu’il évoque, résume l’artiste. 

Si son minois vous est familier, c’est que Tommy Tremblay roule sa bosse depuis déjà 10 ans. Révélé grâce à Mixmania alors qu’il était encore sur les bancs de l’école secondaire, il a plus récemment participé à Révolution au sein de la troupe MRVL, en plus de faire un détour vers la scène avec un rôle dans l’adaptation québécoise de la comédie musicale Mamma Mia !, en 2019.

Belle feuille de route

Sa feuille de route illustre d’ailleurs particulièrement bien sa volonté de jouer sur plusieurs tableaux à la fois, tant à titre de chanteur qu’en tant que danseur. Artiste multidisciplinaire, il s’est également joint au Cirque Éloize, en janvier dernier, pour une performance au Caire, en Égypte. 

« J’aime chanter, j’aime danser, j’aime faire du cirque... Je n’ai pas envie de choisir une seule chose. De toute façon, je n’aime pas les étiquettes. Et ça tombe bien, on est à l’époque où on veut les enlever, arrêter de mettre les gens dans des cases », avance-t-il. 

De ces passions, c’est le chant qui l’occupe principalement ces temps-ci, comme en font foi les pièces LAiSSE-LA et Je sais, lancées au cours des dernières semaines. Loin de lui l’idée de ralentir la cadence, puisqu’il s’apprête maintenant à lancer Bye-là (un dérivé du mot baila, ou danse en espagnol), où il partage le micro avec Flora Stein et Audrey-Louise Beauséjour. 

« C’est très ensoleillé, très dansant. J’avais envie d’aller dans ce sens et de collaborer avec des voix féminines, cette fois-ci », avance PETiTOM, préférant ne pas en dévoiler davantage avant la mise en ligne, attendue vendredi sur les plateformes d’écoute en continu. 

Un album en chantier

Prochaine étape : un album, dont les fondations se cons-truisent présentement à grands coups de séances d’enregistrement. Alors que les pièces devaient initialement converger majoritairement vers le rap, le projet a pris une tangente différente, « plus mélodique », en cours de route. Son but ? Faire danser les mélomanes... et ses pairs. 

« Il y a tellement de danseurs de talent ici, à Montréal. Je veux créer le genre de musique qui leur permettra de gagner leur vie ici, qu’ils n’aient plus à aller à Los Angeles pour vivre de leur passion », résume-t-il.