/news/currentevents
Navigation

Suspension du procès en diffamation contre Trudeau

La juge doit décider si elle rejette la poursuite avant même d’avoir entendu le PM

Réjean Bisaillon c Justin Trudeau
Photo Pierre-Paul Poulin Diane Blain n’a pas souhaité faire de commentaires mardi lors de la suspension de sa poursuite contre Justin Trudeau pour des propos tenus à l’été 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Le procès en diffamation intenté contre Justin Trudeau par une aînée de la Montérégie est suspendu pour une période indéterminée, et le premier ministre pourrait bien ne jamais avoir à témoigner.

• À lire aussi - «Pire humiliation de sa vie» : une aînée poursuit Trudeau

Les audiences prévues pour quatre jours ont été mises sur pause, mardi, au palais de justice de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Et elles pourraient bien ne jamais reprendre, si la juge Michèle Monast donne raison aux avocats de Justin Trudeau.

En avant-midi, Mes David Grossman et Samuel Lavoie ont fait valoir à la magistrate que le recours intenté par Diane Blain à l’endroit du premier ministre du Canada n’était, au final, qu’une querelle politique n’ayant aucun fondement juridique et qu’il devrait être rejeté.

Les juristes ont avancé qu’il n’était pas nécessaire, à leur avis, d’utiliser davantage de temps et de ressources des tribunaux pour trancher cette affaire.

Abus de procédures

« C’est clair que Mme Blain a le droit de critiquer le premier ministre. Elle a le droit de faire avancer ses idées politiques en utilisant les médias, mais pas en utilisant les tribunaux. Là, c’est un abus de procédures », a plaidé David Grossman.

Les faits remontent au 16 août 2018. Ce jour-là, Diane Blain s’est présentée dans un rassemblement de militants libéraux pour poser des questions à Justin Trudeau.

Celle qui se décrit comme une Québécoise de souche a interrompu le discours du chef du Parti libéral du Canada.

« Je veux savoir quand vous allez nous remettre les 146 millions $ qu’on a payés pour vos immigrants illégaux », a lancé la dame, alors âgée de 74 ans, référant à l’argent dépensé par Québec pour prendre en charge les demandeurs d’asile qui affluaient à la frontière canado-américaine via le chemin Roxham.

Réjean Bisaillon c Justin Trudeau
CAPTURE D'ÉCRAN D'ARCHIVES, YOUTUBE

Intolérance et racisme

« Madame, cette intolérance par rapport aux immigrants, ç’a pas sa place au Canada. [...] Vous n’avez pas votre place ici », a rétorqué Justin Trudeau, évitant de répondre directement à la question.

Lorsque le premier ministre est descendu dans la foule, l’infirmière retraitée en a rajouté : « M. Trudeau, êtes-vous tolérant avec les Québécois de souche ? » 

« Madame, votre racisme n’a pas sa place ici », a-t-il répondu, semblant exaspéré.

Toute la scène a été filmée par un vidéaste amateur et largement diffusée par la suite, si bien que Mme Blain affirme être stigmatisée depuis. 

Lors de son témoignage, lundi, l’aînée a juré sous serment qu’elle avait reçu plusieurs messages contenant des « bêtises épouvantables » sur les réseaux sociaux, et qu’elle faisait encore des cauchemars où elle entendait le premier ministre crier. 

« Je ne suis pas raciste, s’est-elle vivement défendu. S’il y a bien quelqu’un de tolérant, c’est nous autres, les infirmières. Je soigne les jaunes, les rouges, les Noirs et je suis empathique avec eux autres aussi. »

Les avocats du premier ministre lui concèdent une chose : il y a de la cohérence dans les propos de Diane Blain, elle ne les a jamais reniés.

« Elle a gagné en notoriété après l’évènement avec M. Trudeau. [...] Mais elle a utilisé cette tribune pour vomir sur les minorités », a résumé Samuel Lavoie. 

S’il convient que les propos de sa cliente sont parfois « forts en café », Me Christian Lajoie persiste et signe : les propos de Justin Trudeau constituent une faute qui mérite réparation.

La juge Monast a pris la demande de rejet de la défense en délibéré.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.