/news/politics
Navigation

Le projet de loi sur l'aide médicale à mourir adopté au Sénat

bloc aide à mourir euthanasie medecin santé hopitaux hopital
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le projet de loi élargissant l'accès à l'aide médicale à mourir a finalement été adopté au Sénat, mercredi après-midi, quelques jours avant la date butoir du 26 mars.

Longtemps débattu aux Communes, l'adoption de la nouvelle loi, permettra aux Canadiens souffrant d'une maladie grave, mais qui ne sont pas encore en phase terminale, de pouvoir demander l'aide médicale à mourir.

Plus controversée, la loi contient aussi un passage prévoyant que les patients souffrant d'une maladie mentale, comme la démence, puissent demander une aide médicale à mourir à l'avance, en vue du moment où leur état se sera trop dégradé pour pouvoir consentir à un tel acte médical.

Soixante sénateurs ont voté en faveur du projet de loi, tandis que vingt-cinq ont voté contre et cinq se sont abstenus.

L'adoption de la loi fait suite au jugement Truchon, rendu en septembre 2019 par la Cour du Québec, qui obligeait le gouvernement fédéral à élargir l'accès à l'aide médicale à mourir. Depuis, le délai pour moderniser la loi a été repoussé à quatre reprises, la dernière fois en février dernier jusqu'au 26 mars. 

  • Écoutez l’entrevue du Dr Alain Naud, médecin de famille et médecin en soins palliatifs au CHU de Québec-Université Laval