/sports/opinion/columnists
Navigation

Les conditions de sentiers se détériorent

X
Photo Julien Cabana Les conditions comme celles-ci se font de plus en plus rares. Avec le temps doux prévu au cours des prochains jours, l’accès à des sentiers avec de bonnes conditions deviendra difficile.

Coup d'oeil sur cet article

Nous vivons vraiment une saison de motoneige à l’inverse de la normale. Alors que dans l’est, il devrait y avoir plus de neige, voilà que cette saison, ce sont les enfants pauvres. Dans l’ouest, la neige a été au rendez-vous.

« Le club de Roberval a décidé de fermer temporairement ses sentiers autour de la ville parce qu’honnêtement, les conditions ne sont pas idéales, d’expliquer le représentant de la Fédération des clubs de motoneigistes de la région, monsieur Gaston Fortin. On peut résumer la situation en disant que tous les sentiers qui se trouvent dans la plaine du lac Saint-Jean n’offrent pas des conditions idéales. Les motoneigistes doivent être très prudents lorsqu’ils s’approchent des villes. La situation n’est pas bonne autour des villes comme Alma, Normandin, Saint-Félicien. Plusieurs champs à proximité sont dénudés en bonne partie. »

Ailleurs dans la région, les conditions sont meilleures.

« Aussitôt que l’on sort des villes, il y a plus de neige et les sentiers sont corrects. Avec le froid que nous avons vécu en début de semaine, les clubs ont pu recommencer à surfacer les sentiers. Le tout devrait rentrer dans l’ordre. Il faut être très prudents avec les cours d’eau et bien respecter la signalisation mise en place par les bénévoles. Ils travaillent très fort pour offrir aux motoneigistes des sentiers parfaits, en toute sécurité. Les sites web et les pages Facebook des clubs de la région sont sans aucun doute des sources d’informations fiables. Ils sont mis à jour régulièrement. »

UNE SAISON ÉTRANGE

Pour tout l’est du Québec, on peut dire que la saison n’a pas été normale, surtout en ce qui a trait aux chutes de neige.

« Chaque année, nous avons une période de redoux et le froid revenant, ça se rétablit. Mais, cette saison, avec le manque de neige à plusieurs endroits, les clubs ont dû faire des miracles, d’expliquer l’expert. Les conditions de neige n’ont jamais été à la hauteur de ce que nous connaissons, y compris dans les Monts-Valin. Aussi, en début de décembre, nous avons tout perdu avec la pluie qui est tombée. Il a fallu que les clubs recommencent à zéro et repartent la saison avec un certain retard. »

À titre d’exemple, mentionnons que le club du Fjord se fait littéralement ensevelir à chaque tempête normalement. Ce ne fut jamais le cas cette année. 

« En réalité, les clubs de la région ont perdu au moins un mois de surfaçage cet hiver. La présence de motoneigistes dans les sentiers a été beaucoup moins importante que les autres saisons. Il faut dire qu’avec la pandémie et les couleurs des zones, il n’était pas facile de se déplacer. Des relais étaient fermés parce que nous étions en zone rouge et même si nous sommes en zone orange maintenant, ils ne rouvriront pas parce qu’il n’y a pas assez de gens dans les sentiers. Nous patrouillons régulièrement nos sentiers et la baisse est visible. »

AILLEURS AU QUÉBEC

En consultant la carte des conditions de sentiers de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, on comprend que la fin définitive de la saison approche rapidement pour plusieurs régions. 

On peut constater qu’en Estrie et en Chaudière-Appalaches, le temps doux a fait son effet alors que plusieurs sentiers sont fermés à l’exception de certaines petites poches où les conditions demeurent acceptables. Il faut vraiment aller dans les coins les plus montagneux de Chaudière-Appalaches pour trouver de sentiers encore accessibles.

Plus à l’est, dans le Bas-Saint-Laurent, le secteur de Rivière-du-Loup/Trois-Pistoles offre des conditions acceptables. En Gaspésie, il n’y a que des petits îlots où les conditions sont acceptables, dans les secteurs de Mont-Joli, Cap-Chat au nord et Chandler, Bonaventure du côté sud. Pour le reste, tout est au vert.

Si on se retrouve du côté nord du fleuve, à partir de Québec jusqu’aux Éboulements, les sentiers sont ouverts en conditions acceptables. Le secteur de La Malbaie en allant jusqu’à Tadoussac est fermé. Dans la réserve des Laurentides et dans Portneuf, les conditions sont acceptables. Si on jette un coup d’œil à l’Outaouais et même en Abitibi, plusieurs sentiers sont fermés. Vraiment, la situation se détériore un peu partout.

CONDITIONS CHANGEANTES

Rejointe hier alors qu’elle était en randonnée dans le secteur de Saint-Donat, la responsable des communications de la Fédération, Isabelle Gauthier, avait ce message pour les motoneigistes.

« Dans les circonstances, les conditions changent très rapidement, surtout avec la chaleur qui est annoncée dans les prochains jours. On peut partir sur un sentier où il y a trois pouces de neige le matin et revenir en fin de journée avec des plaques de terre et de roches. Il faut absolument s’informer auprès du club local avant de partir. »