/finance/business
Navigation

Crise sanitaire: les détaillants auront évité le pire

Quebec
Photo d’archives, Stevens Leblanc Charles Tanguay, v.-p., ventes et finances, chez Ameublement Tanguay. Comme plusieurs autres entreprises, Tanguay a négocié le virage numérique durant la pandémie.

Coup d'oeil sur cet article

​Malgré la pandémie et des mois de fermetures, les détaillants du Québec s’en tirent à bon compte. Même que, n’eussent été les problèmes d’approvisionnement, nombre d’entre eux auraient pu réaliser des ventes encore plus importantes que les années précédentes.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

C’est entre autres ce qui se dégage du bilan annuel du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) qu’a obtenu Le Journal. Les résultats de cette étude, fruit du travail du Groupe Altus, seront rendus publics aujourd’hui.

«En 2020, les gens se sont équipés pour le télétravail, mais aussi pour le confort à la maison. [...] Lorsque les magasins ont fermé, la livraison n’a jamais arrêté pour nous. Nous étions pratiquement un service essentiel», a indiqué le directeur général d’Ameublements Tanguay, Jacques Tanguay.

Ce dernier, qui a vu ses ventes progresser en 2020, par rapport à 2019, notamment dans l’électroménager et l’électronique, souligne que c’est l’accessibilité à certains produits qui a causé des maux de tête.

Tellement que sans problème d’approvisionnement, l’homme d’affaires est d’avis que son entreprise aurait «définitivement pu vendre encore plus de meubles» ces derniers mois.

Le Québec reste à flots

Forte de ventes de 131,1 milliards $ en 2020, l’industrie québécoise aura en effet réussi à éviter le pire. De manière surprenante, compte tenu des règles sanitaires, elle aura connu une baisse de 0,2 % seulement de ses ventes par rapport à 2019.

À titre de comparaison, les détaillants ont encaissé une chute de 1,3 % de leurs ventes dans l’ensemble du pays. Et l’Ontario a subi un recul de 3,5 %.

«Malgré le sérieux de la crise, on constate que les Québécois ont continué de dépenser. Il semble y avoir eu un déplacement de leurs dépenses, de voyages notamment, affirme l’administratrice du CQCD, Josée Fiset. Le message que j’aurais est de continuer à encourager leurs commerces de proximité.» 

  • Écoutez l'entrevue de Josée Fiset avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Au rang des victimes

Les grandes victimes de la pandémie sont liées de près ou de loin à la mode et aux transports. Sans surprise, le secteur du vêtement a connu un recul de 16 % de ses ventes par rapport à 2019, tandis que les détaillants de chaussures, accessoires et bijoux ont subi des baisses de 24 %.

Le secteur de l’automobile, qui a tout de même représenté le quart des dépenses de consommateurs québécois en 2020, a aussi souffert. Les ventes de véhicules et pièces automobiles ont reculé de 10,2 %.

Ces baisses furent cependant compensées par des hausses significatives du côté des marchands de matériaux de construction et de jardinages (+17 %), les détaillants d’articles de sports, passe-temps, musique et livres (+14,5 %) et les commerces d’alimentation (+10 %).

«La fermeture des restaurants et les confinements obligatoires ont probablement contribué à l’augmentation des ventes en alimentation, confirme la copropriétaire des Supermarchés Avril Sylvie Senay. Ça nous a aussi poussés à accélérer le développement de nos services numériques et de livraison. De quatre employés au départ, ce service en a regroupé une quarantaine au plus fort de la demande.» 

Deux solitudes

Par ailleurs, on observe plusieurs différences de consommation entre le Québec et le reste du Canada. La plus importante concerne les dépenses loisirs. Tandis qu’elles ont diminué de 2,1% au Canada, on constate qu’elles auraient cru de 14,5% au Québec. 

De même manière, le déclin des dépenses de vêtements aura été plus grave dans le reste du pays, avec une baisse de 27,5%. Au Québec, le même secteur aura connu une baisse de 16%.

Évolution des ventes par secteur (2019 vs 2020)   

  • Magasins d’alimentation +9,8 %  
  • Concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles -10,2 %  
  • Magasins de marchandises diverses +7,1 %  
  • Magasins de produits de santé et de soins personnels +3,0 %  
  • Marchands de matériaux de construction et de matériel et fournitures de jardinage +17,3 %  
  • Stations-service -14,8 %  
  • Magasins de vêtements -16,4 %  
  • Magasins de détail divers +5,1 %  
  • Magasins de meubles +2,6 %  
  • Magasins d’articles de sport, d’articles de passe-temps, d’articles de musique et de livres +14,5 %  
  • Magasins d’appareils électroniques et ménagers +0,2 %  
  • Magasins d’accessoires de maison -2,1 %  
  • Magasins de chaussures, d’accessoires vestimentaires et bijouteries -24,4 %   

Source : CQCD et Groupe Altus

À VOIR AUSSI   

Près de 20% de la nourriture gaspillée dans le monde