/news/society
Navigation

Offre d’emploi raciste: la direction du CISSS des Laurentides croyait à un canular

Coup d'oeil sur cet article

Le CISSS des Laurentides a tenté à une dizaine de reprises de recruter une préposée aux bénéficiaires externe obligatoirement blanche pour travailler en zone verte avec un patient présentant des troubles cognitifs, une faute grave qui pourrait valoir un congédiement à la personne responsable. 

En entrevue à 100% Nouvelles, la PDG du CISSS des Laurentides a admis mercredi avoir été abasourdie lorsqu'elle a été contactée par un journaliste de La Presse qui lui a révélé le contenu de cette offre publiée à plusieurs reprise l’automne dernier.

Cette erreur ne restera pas sans conséquence, a assuré Rosemonde Landry. «C’est une situation complètement inacceptable, même qu’on a cru au début que c’était un canular!»

Ni elle ni le directeur des ressources humaines n’étaient au courant, a-t-elle assuré. «On a 16 000 employés! C’est gros! On n’a pas le contrôle sur tous les courriels envoyés sur 16 000 employés, c’est certain. Non, on n'était pas au courant.»

Une enquête «sérieuse» a été demandée afin de comprendre comment une telle offre discriminatoire a pu être écrite et transmise à des agences de placement.

«À première vue, c’était pour un patient avec des problèmes cognitifs et qui se désorganisait quand il y avait présence d’une personne de couleur qui en prenait soin. Malgré ça, ce n’est pas une option qui aurait dû être choisie, on n’est pas d’accord avec cette orientation qui a été prise», a assuré Mme Landry.

La PDG soutient que le rôle de l’organisation est d’assurer la sécurité du personnel et de répondre aux besoins cliniques des patients.

«Dans ce cas-ci, si le monsieur se désorganisait au point de frapper la préposée, bien on ne veut pas la mettre dans ces conditions-là. Par contre, la solution n’était pas de demander par exemple des préposées femmes blanches seulement. On est outrés, ça va à l’encontre de nos valeurs d’organisation, à l’encontre de notre politique de recrutement, de notre code d’éthique. Suite à l’enquête, il y aura des sanctions qui seront prises. Ça pourrait aller jusqu’à des congédiements», a-t-elle fait savoir.

Rosemonde Landry assure travailler en prévention contre le racisme. Après la mort de Joyce Echaquan à l’hôpital de Joliette, notamment, elle avait émis une communication aux employés dans laquelle elle indiquait que tout geste de racisme ne serait pas toléré.

Rappel à l'ordre

Par ailleurs, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a rappelé à l'ordre le CISSS mercredi après-midi.

«La Commission juge une telle offre d'emploi inacceptable et illégale et en appelle à la responsabilité du CISSS des Laurentides [...] Cette offre d'emploi est choquante considérant le nombre important de personnes racisées, surtout des femmes issues de ces groupes, qui œuvrent dans le domaine de la santé et qui ont soutenu un réseau de la santé fortement éprouvé par cette dernière année de pandémie», a déclaré par communiqué Myrlande Pierre, vice-présidente de la Commission responsable du mandat de la Charte.
 

  • Écoutez l'entrevue avec Rosemonde Landry avec Mario Dumont sur QUB radio