/entertainment/movies
Navigation

Comme une vague: le coup de cœur de Jean-Marc Vallée

Le film Comme une vague est présenté au FIFA

Coup d'oeil sur cet article

Le cinéaste Jean-Marc Vallée a tellement aimé le documentaire Comme une vague, de la réalisatrice Marie-Julie Dallaire, qu’il a spontanément proposé de prendre le projet sous son aile. 

• À lire aussi: Autre première pour le Festival international du film sur l’art

Marie-Julie Dallaire était en train de travailler sur le montage de Comme une vague, à la fin 2019, quand elle a voulu avoir l’opinion d’un collègue. Elle a eu l’idée de montrer son film à son ami de longue date Jean-Marc Vallée. Grand mélomane, le réalisateur de C.R.A.Z.Y. et de Dallas Buyers Club a eu un coup de cœur instantané pour ce documentaire qui rend hommage au pouvoir de la musique. 

« J’ai regardé le film et j’ai eu une réaction vraiment émotive et très forte », confie Jean-Marc Vallée, lors d’un entretien téléphonique accordé au Journal jeudi. 

« C’est tellement spécial et unique comme proposition cinématographique. J’ai pris le téléphone et j’ai dit à Marie--Julie : qu’est-ce que je peux faire pour t’aider ? Il faut qu’on fasse découvrir ce film-là au public partout à travers le monde. »

Comme une vague est lancé vendredi en première mondiale au Festival international du film sur l’art (FIFA). En plus de s’être impliqué dans le projet à titre de producteur exécutif, Jean-Marc Vallée s’est engagé à utiliser ses contacts dans le milieu du cinéma pour promouvoir le film à l’étranger.

Nouvel élan

Pour Marie-Julie Dallaire, l’enthousiasme de Vallée pour le film a donné un nouvel élan au projet : « Je me souviendrai toujours du moment où il m’a appelée pour me dire à quel point il avait aimé le film, relate la réalisatrice. Le lendemain, il m’a proposé de s’associer au projet. C’était comme un conte de fées. Ç’a été très stimulant pour terminer le film. »

En attendant sa sortie en salles, le 2 avril prochain, Comme une vague sera présenté vendredi après-midi au Cinéma Impérial devant un public de 250 spectateurs masqués et distanciés. Après plusieurs mois de confinement, Jean-Marc Vallée se réjouit de pouvoir enfin retourner dans une salle de cinéma. « Ça va être le fun de voir le film avec d’autres spectateurs et de pouvoir se retrouver ensemble après la projection pour en discuter. On s’ennuie tellement des interactions humaines », conclut le cinéaste québécois, qui devrait amorcer en novembre le tournage de son prochain film relatant l’histoire d’amour entre John Lennon et Yoko Ono.