/opinion/columnists
Navigation

Erin O’Toole doit rassurer ses troupes

Coup d'oeil sur cet article

Dans quelques heures, la grande famille conservatrice va se réunir virtuellement pour le premier congrès sous le leadership d’Erin O’Toole.

Le rendez-vous qui devait originellement avoir lieu à Québec, l’an dernier, sera l’occasion pour le chef conservateur d’expliquer sa vision du Canada à ses membres et à tous les électeurs au pays.

M. O’Toole a connu un bon départ comme chef, mais les dernières semaines ont été plus difficiles.

On sent une nervosité dans les rangs conservateurs. Plusieurs sympathisants conservateurs aimeraient bien que Justin Trudeau ne lance pas le pays en campagne prochainement.

Selon eux, le temps reste le meilleur allié de leur chef.

Qui est vraiment Erin O’Toole ?

Durant la course à la chefferie, M. O’Toole s’est créé un personnage pour gagner les votes dans l’Ouest. Cependant, cette version d’Erin O’Toole n’avait pas beaucoup de ressemblances avec celui qu’il est réellement.

Ainsi, depuis qu’il a remporté la chefferie, M. O’Toole cherche à se détacher de l’image qu’il a projetée durant la course contre Peter MacKay et, par le fait même, il fait des mécontents.

Le discours qu’il va prononcer, demain soir, est une occasion en or pour lui de nous dire pourquoi il veut devenir le premier ministre de notre pays. Il doit nous dire pourquoi sa vision du Canada dans un contexte de pandémie est meilleure que celle de Justin Trudeau.

Maître de son destin

Les conservateurs veulent revenir au pouvoir, ils sont tannés d’être dans l’opposition. Malheureusement pour M. O’Toole, il n’aura probablement pas deux chances de devenir premier ministre.

Il doit montrer à ses troupes qu’il a un plan de match. Qu’au-delà de gérer son équipe à la petite semaine, il est capable de faire rêver les Canadiens d’un océan à l’autre.

M. O’Toole peut relancer son chemin vers la victoire ou rester au neutre à la suite de ce congrès.

Il est maître de son destin.