/finance/business
Navigation

Forte hausse des redevances forestières en vue

Forte hausse des redevances forestières en vue
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Tout indique que le gouvernement du Québec profitera d’une forte augmentation des redevances forestières cette année.

• À lire aussi - Explosion des prix du bois: «Il va falloir que ça arrête»

Après lui avoir versé 299 M$ l’an dernier (2019-2020), l’industrie forestière s’attend à avoir versé quelque 400 M$ d’ici la fin mars à titre de redevances au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

L’exercice 2020-2021 prendra fin dans un peu plus d’une semaine, le 31 mars. Mais déjà, le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) prévoit une hausse de 25% à 30% des redevances par rapport aux années passées.

L’explosion des prix du bois au cours de la dernière année explique en grande partie la hausse de ces redevances. Le montant de ces dernières est intimement lié aux tarifs de droits et aux permis de coupes, eux-mêmes fixés en fonction de la valeur du bois récolté. Leur valeur est revue quatre fois l’an, tous les trois mois.

En 2018-2019, les redevances de l’industrie forestières avaient totalisé les 313,2 M$. L’année suivante, elles avaient diminué légèrement pour s’établir à 299 M$. Cette année, l’économiste Michel Vincent, représentant du CIFQ, s’attend à ce que les redevances atteignent, voire excèdent, les 400 M$.

À titre de comparaison, il y a deux semaines, le ministère de l’Énergie et des Ressources révélait que les minières avaient versé 387,3 M$ au gouvernement du Québec en 2019. Il s’agit d’une augmentation de 37% par rapport à l’année 2018. La forte demande pour le minerai de fer et l’augmentation du prix de l’or expliquent aussi, comme pour la forêt, la hausse de ces redevances au gouvernement.

Les sommes versées à titre de redevances forestières sont en principe réinvesties par la suite par le gouvernement dans les travaux sylvicoles, la protection des forêts (feu, maladie, insecte ravageur, etc.) et le programme d’entretien et développement des chemins forestiers, nous indique le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

L’an dernier, le territoire du Québec présentait une possibilité forestière de 32,7M de mètres cubes (m3) de bois. Le prix moyen du bois récolté, lequel varie en fonction des essences d’arbres, s’est établi à 11,69$ le m3, affirme Vincent Auclair, directeur des Évaluations économiques et opérations financières du Bureau de mise en marché des bois.

On connaît la suite. L’augmentation de la demande de bois, tant aux États-Unis qu’au Canada, pour des projets de rénovation et de construction résidentielles, aura entraîné une explosion des prix. Tellement qu’en octobre (octobre, novembre décembre), le prix du bois de sciage a connu un bond de 68% en Amérique du Nord, par rapport au trimestre précédent.

En janvier, le prix moyen du m3 de bois extrait des forêts était de 19,53$, selon l’économiste Michel Vincent du CIFQ. Pour l’ensemble de l’année 2020-21, le Bureau de mise en marché des bois prévoit que le prix moyen sur l’année variera entre 15 et 16$ du m3, soit une augmentation de plus de 30% par rapport à l’année dernière.

À VOIR AUSSI | 7 choses à savoir sur l’internet par satellite