/opinion/columnists
Navigation

Justin a tort, ses avocats ont raison

Justin a tort, ses avocats ont raison
Photos Pierre-Paul Poulin et d’archives

Coup d'oeil sur cet article

C’est une histoire dont on aurait presque envie de rire. J’ai dit «presque».

En 2018, des individus arrivant des États-Unis entrent illégalement au Canada par le chemin Roxham.

Il tombe sous le sens que l’immense majorité d’entre eux sont de faux réfugiés.

Trudeau ne fait rien, et le gouvernement du Québec ramasse une bonne partie des coûts.

  • Écoutez la chronique de Joseph Facal avec Sophie Durocher sur QUB Radio :

Cauchemar

Une dame, Diane Blain, profite d’un rassemblement public pour confronter Trudeau.

Vous connaissez notre Justin postnational. Il fait quoi ?

Il fait comme tous les pseudo-progressistes : il traite la dame de raciste. La scène est filmée. 

Ayant subi la «pire humiliation de sa vie», la dame poursuit maintenant Justin pour diffamation et réclame 90 000 $.

Elle se dit «traumatisée» et fait un cauchemar récurrent : elle entend Justin l’engueuler. 

Ça doit être effectivement terrible : rêver à Justin qui vous engueule.

Personnellement, j’aimerais mieux être poursuivi par Jack Nicholson et sa hache pendant que je pédale furieusement sur mon Hot Wheels.

La dame se défend d’être raciste. Infirmière, elle soigne, dit-elle, «les jaunes, les rouges, les Noirs, et je suis empathique avec eux autres aussi».

Un agent de la GRC lui prend un bras pour l’éloigner de Justin.

«J’ai eu des bleus pendant 42 jours. Il y avait la marque des cinq doigts.»

Elle semble les avoir comptés : les jours, pas les doigts.

Mais elle surmonte suffisamment son traumatisme pour qualifier Justin, le jour même, sur sa page Facebook, à l’aide d’une expression populaire en trois mots qui désigne l’orifice anal.

Vous avez l’esprit coquin si vous pensez que je ris en écrivant cela. Pas du tout. Du droit lourd est en cause ici. 

Sérieusement... Elle s’est sentie humiliée parce que la scène fut filmée. 

Mais c’est elle qui a choisi de le confronter et le premier ministre est toujours filmé en public. 

Et elle aurait dû savoir que Justin sait se défendre. 

Justin ne gagnera jamais le Nobel d’astrophysique, mais ce n’est pas non plus un sac d’entraînement. 

Parlez-en à Patrick Brazeau qui a goûté aux jabs justiniens.

C’est une querelle qui n’a rien de juridique, selon les avocats de Justin. En effet.

Dire que des bandits sont libérés parce que nos palais de justice sont engorgés...

Occupé

Pour comparer, allez sur YouTube regarder ce que le premier ministre Chrétien fit à l’activiste Bill Clennett, le 15 février 1996.

Il l’étrangle à deux mains. Le dentier de Clennett s’envole et se fracasse. 

Jean Chrétien lui a payé des dents toutes neuves. 

L’incident, devenu le «Shawinigan Handshake», a donné son nom à une excellente bière que je vous recommande.

Mme Blain avait pourtant un beau dossier politique à plaider.

Québec attend toujours l’argent d’Ottawa, et des milliers de faux réfugiés se sont envolés – comme les fausses dents de Clennett – dans la clandestinité. 

Mais n’en demandez pas trop à Justin, trop occupé à traquer le racisme et à remettre dans le droit chemin les dames malcommodes de 74 ans.