/news/society
Navigation

Un professeur de l’Université d’Ottawa loin de faire l’unanimité

Un professeur de l’Université d’Ottawa loin de faire l’unanimité
Photo d'Archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Amir Attaran fait couler beaucoup d’encre avec ses tweets incendiaires. Or, si le professeur à la faculté de droit et à l’école d’épidémiologie de l’Université d’Ottawa dérape, ce n’est pas à son employeur de sévir, croit un de ses collègues. 

• À lire aussi: «Lynchage médical» au Québec: PSPP portera plainte à l’Université d'Ottawa

• À lire aussi: Le Québec pratique un «lynchage médical», dit un prof de l'Université d'Ottawa

Dans une seule semaine, le professeur Attaran peut tweeter à près d’une centaine de reprise. S’il a associé Québec et racisme à plusieurs reprises et comparé la province à « l’Alabama du Nord », il a aussi traité les politiciens canadiens de microcéphales. 

  • Écoutez l’entrevue de Charles Le Blanc au micro de Richard Martineau sur QUB radio:  

« Si là-dessus il s’exprime en tant que professeur d’université, il faut imaginer que la recherche universitaire est une forme de psychopathologie, parce que ça ne peut pas être un professeur d’université qui s’exprime comme ça » a indiqué Charles Le Blanc, professeur de philosophie à l’Université d’Ottawa.

« Si quelqu’un déposait une plainte en vertu des lois sur les discours haineux, il y aurait probablement matière à grief et à punition », a-t-il ajouté.

Si les propos sont « absolument condamnables », insiste M. Le Blanc, ils sont tenus sur un réseau social et non pas dans une salle de cours. Il n’y a donc pas de parallèle à faire avec l’affaire Lieutenant-Duval, selon lui.

« La dernière chose que je veux, c’est que l’Université s’occupe du cas Attaran, parce que ce que je crains, c’est qu’on se retrouve avec une chape de plomb et on ne pourra plus s’exprimer. »

Les « éructations d’Attaran » sont désagréables, convient Charles Le Blanc. Or, demander à l’Université d’Ottawa de le faire taire menacerait la liberté d’expression de tous les professeurs, ajoute-t-il.

« La seule chose dont je vais pouvoir vous parler, c’est le rôle de Frederich Hegel dans le romantisme allemand. Je ne suis pas sûr qu’on va pouvoir faire beaucoup de millage là-dessus. Est-ce que c’est là qu’on va aller? » précise-t-il.