/investigations/health
Navigation

Une thrombose après son vaccin

Un homme de la Montérégie qui avait reçu une dose d’AstraZeneca a été hospitalisé dans les derniers jours

saint-hyacinthe
Photo d'archives, Héloïse Archambault

Coup d'oeil sur cet article

Un patient de 79 ans de la Montérégie qui a reçu le vaccin AstraZeneca samedi dernier a été victime d’une thrombose veineuse cérébrale au cours des derniers jours.

• À lire aussi: Ne paniquons pas avec les risques des vaccins

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Même s’il est trop tôt pour pointer du doigt le vaccin, un rapport d’effets indésirables a été rédigé par l’établissement pour l’envoyer à Santé Canada. Le patient avait été admis à l’Hôpital Honoré-Mercier, de Saint-Hyacinthe, où il a été pris en charge. Il s’en tire sans séquelles importantes. 

Le patient admis à l’Hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe avait reçu une dose du vaccin d’AstraZeneca semblable à celle-ci.
Photo AFP
Le patient admis à l’Hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe avait reçu une dose du vaccin d’AstraZeneca semblable à celle-ci.

Il s’agit du premier cas rendu public de thrombose après l’administration du vaccin au Canada. Une thrombose cérébrale est l’obstruction par un caillot sanguin du système veineux menant le sang au cerveau.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Plusieurs pays européens, dont la France et l’Allemagne, ont suspendu les doses du vaccin d’AstraZeneca à la suite de cas suspects de thrombose.

En Espagne, les autorités sanitaires enquêtent sur trois cas de personnes ayant souffert de formation de caillots sanguins après avoir reçu le vaccin, dont une professeure de 43 ans qui est décédée d’une hémorragie cérébrale.

Recommandé par l’OMS

Malgré tout, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé hier de continuer la vaccination malgré la controverse, jugeant les bénéfices plus grands que les risques

Les gouvernements canadiens et québécois ont d’ailleurs décidé de poursuivre la vaccination massive. 

Mardi, le comité consultatif national d’immunisation avait également décidé d’élargir ses recommandations pour inclure le vaccin AstraZeneca aux personnes de 65 ans et plus. La vaccination à l’échelle du pays fait toutefois l’objet d’un suivi serré. 

Selon les données compilées par Santé Canada, on a dénombré moins de 2000 cas d’effets secondaires sur plus de 2,2 millions de personnes vaccinées au pays. 

Peu de réactions graves

La très grande majorité concerne des rougeurs ou des douleurs près du site d’injection.

Seulement 214 rapports d’effets secondaires graves ont été répertoriés, surtout des réactions allergiques.

Ces chiffres qui datent du 5 mars, ne concernent que les vaccins Pfizer/BioNtech et Moderna. Le vaccin Astra-Zeneca a été homologué seulement le 26 février et n’est distribué au Québec que depuis un peu plus d’une semaine. 

En entrevue au 98,5 FM, le Dr Karl Weiss a indiqué hier matin qu’il fallait quand même poursuivre la vaccination, surtout chez les 60 ans et plus. 

Selon le chef de la division des maladies infectieuses de l’Hôpital général juif, les risques de thrombose à cause de la COVID-19 sont plus grands qu’avec le vaccin produit par AstraZeneca.

Il estime que le gouvernement québécois doit bien documenter la vaccination avec des données fiables pour rassurer la population. Même si la sécurité du vaccin d’AstraZeneca n’a pas été remise en cause, des questions ont été soulevées en Europe.

Nuage sur la tête

« Comparativement aux deux vaccins à ARN de Pfizer et Moderna, qui ont été administrés à plusieurs centaines de millions de doses [jusqu’à] maintenant, [ils] n’ont pas eu, si vous voulez, ce nuage sur la tête en ce qui concerne les thromboses », indique-t-il. Santé Canada a indiqué qu’il lui était impossible, hier, de répondre à nos questions, concernant le vaccin AstraZeneca.  

« Ça va prendre du temps à nos experts à rechercher les dernières données », a indiqué Anna Madisson, conseillère aux relations avec les médias, en précisant que les rapports d’effets indésirables sont acheminés par les autorités de santé publique régionales.

– Avec l’AFP

La semaine éprouvante d’AstraZeneca, en 3 minutes