/finance/news
Navigation

Utiliser ses économies pour améliorer son dossier de crédit

AdobeStock_296121012 [Converti]
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Mario est préposé aux installations dans une usine. À cause de la pandémie, il a été mis à pied à trois reprises durant la dernière année. Malgré tout, il a réussi à faire des économies. Comment peut-il les utiliser pour améliorer son dossier de crédit ?

Durant ses périodes d’inactivité, Mario a reçu la PCU et quelques montants de l’assurance-emploi. Malgré la réduction de ses revenus, ses dépenses ayant diminué drastiquement, il a réussi à épargner 7 600 $. Jamais il n’avait eu une telle somme dans son compte en banque et il s’est demandé quelle était la meilleure façon de les utiliser.

Après avoir lu un article sur l’importance d’avoir un bon dossier de crédit, il a voulu savoir comment se portait le sien. À sa grande surprise, son dossier obtenu auprès d’Équifax indiquait un pointage de 650, soit plusieurs points sous les 700 nécessaires pour être bien vu des institutions financières et de crédit. Déçu de sa « note », il s’est renseigné auprès de Jean Fortin, syndics pour savoir ce qu’il pouvait faire pour l’améliorer.

D’une pierre trois coups

La première chose à faire pour améliorer son dossier de crédit est de se débarrasser de ses dettes. Mario a des soldes de cartes de crédit ainsi qu’un prêt. 

« Les cartes de crédit ont des taux d’intérêt de 20 % et son prêt un taux de 9 %. Le meilleur choix est de payer les dettes les plus coûteuses en premier. Nous lui avons donc recommandé de rembourser les 7 000 $ qu’il devait sur ses cartes de crédit », explique Pierre Fortin, syndic autorisé en insolvabilité et président de Jean Fortin et Associés.

Ce faisant, Mario a atteint trois objectifs. Tout d’abord, il peut économiser des frais d’intérêt de 1 400 $ par an, soit plus de 100 $ de plus par mois dans ses poches plutôt que dans celles de ses créanciers.

Deuxièmement, les paiements minimums des cartes représentaient 210 $ par mois. Cette somme qu’il n’a plus à débourser lui donne une bouffée d’oxygène dans son budget. 

« Nous lui avons conseillé de mettre 100 $ de côté mensuellement pour se bâtir un fonds d’urgence, et 110 $ pour pouvoir s’offrir quelques extra ou des vacances », précise Pierre Fortin.

Troisièmement, puisque les soldes sur ses trois cartes de crédit représentaient 80 % de sa limite de crédit, cela avait un impact négatif sur son dossier, puisque le ratio d’endettement peut représenter jusqu’à 30 % du pointage. Il faut savoir que se situer à 50 % ou davantage a un impact négatif sur sa note. En remboursant ses cartes, Mario réussira donc à l’améliorer.

« Nous avons aussi suggéré à Mario d’annuler deux de ses trois cartes et de ne conserver que la plus ancienne. En effet, plus de deux cartes est généralement moins bien vu des créanciers, car une ou deux cartes sont suffisantes pour combler les besoins ordinaires d’une personne », note Pierre Fortin.

Rembourser son prêt

Mario n’avait pas suffisamment d’argent de côté pour pouvoir rembourser son prêt. Dans 20 mois, il aura toutefois fini de payer cet emprunt d’une durée initiale de cinq ans. 

« Les frais d’intérêt sont raisonnables et la poursuite des paiements a un impact positif sur son pointage : en effet, plus on approche de l’échéance d’un prêt, qu’il soit personnel ou pour un véhicule, et plus on fait la preuve que l’on a été capable de respecter un engagement à long terme », souligne Pierre Fortin. Dans moins de deux ans, Mario aura donc 207 $ de plus à sa disposition chaque mois, qu’il pourra utiliser pour ses projets personnels.