/news/currentevents
Navigation

Arsenal saisi à L’Ancienne-Lorette: Bref retour en cour pour Karl Maheux

L’homme de 47 ans aurait préparé un coup d’éclat contre les mesures sanitaires

Ancienne Lorette substance réactive 3
Photo courtoisie, GRC Arsenal saisi au domicile de Karl Maheux, à L'Ancienne-Lorette, le 5 février dernier.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme de L’Ancienne-Lorette arrêté en février après la saisie d’un impressionnant arsenal ainsi que de bombes artisanales était brièvement de retour en cour vendredi matin. 

• À lire aussi: Arrestation à L'Ancienne-Lorette: soupçonné de menacer la sécurité nationale

• À lire aussi: Arrêté vendredi avec un arsenal: l’accusé Karl Maheux déjà largué par son employeur Avjet

• À lire aussi: Perquisition à L’Ancienne-Lorette: une remise en liberté qui dérange certains voisins

Karl Maheux, qui est en liberté pendant les procédures, n’était pas présent lors de ce très court passage, tout comme son avocat d’ailleurs. Ce dernier était représenté par une avocate qui a demandé au juge de reporter la cause au mois de mai.   

Karl Maheux
Capture d’écran
Karl Maheux

Il a toutefois été mentionné que la défense avait obtenu l’ensemble de la preuve dans le dossier au cours de la dernière semaine. Le juge a ainsi été informé que des discussions entre Maheux et son avocat, Charles Levasseur, auraient lieu d’ici la prochaine comparution en cour. 

Perquisition

L’homme de 47 ans qui était analyste informatique pour le gouvernement a été arrêté à la suite d’une importante perquisition menée par la GRC le 5 février dernier, à L’Ancienne-Lorette. Les policiers étaient intervenus après que l’accusé se fut fait livrer un silencieux à son domicile, selon les autorités. Or, la perquisition a permis de découvrir un arsenal de guerre ainsi que des bombes artisanales. Selon les informations du Journal, Maheux aurait préparé un coup d’éclat contre les mesures sanitaires.

Malgré l’importance de la saisie, l’homme qui travaillait au ministère de l’Éducation, en plus d’avoir un emploi dans une compagnie aérienne à l’aéroport de Québec, avait pu recouvrer sa liberté pendant les procédures. Une situation qui avait inquiété les résidents voisins de l’accusé.