/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

La buvabilité

Coup d'oeil sur cet article

On entend souvent parler de « buvabilité », un terme indiquant la facilité avec laquelle on peut boire un vin. On utilisera aussi « digeste » pour désigner un vin gouleyant.

Or, il faut savoir qu’à la fin des années 1990, la mode était plutôt au style massif et concentré. 

L’influence du critique américain Robert Parker et l’approche de l’œnologue français Michel Rolland ne sont pas étrangères aux vendanges tardives, aux extractions poussées et aux longs élevages en barrique. Il en a résulté ce qu’on appelle des « bêtes à concours » qui en mettent plein la gueule. L’ennui, c’est qu’après deux ou trois verres, on a tendance à s’en lasser. En effet, l’impression étrange d’avoir trop de tout d’un seul coup peut parfois étrangler le plaisir. Sans parler de certains vins tristement statiques qui sont incapables de se complexifier, même avec le temps. Bref, on finit par s’ennuyer.

La mode actuelle des vins naturels et légers en alcool traduit un certain ras-le-bol des vins blockbusters. Au-delà des modes, on perçoit surtout une volonté de revenir aux sources. Les producteurs s’inscrivant dans cette mouvance cherchent à produire des vins plus faciles à boire et plus authentiques. N’allez pas croire cependant que la buvabilité s’applique uniquement à de « petits » vins et ne peut être accompagnée de profondeur ou de complexité. L’harmonie, la précision et l’élégance du vin sont des éléments essentiels à tout grand vin qui se respecte. C’est l’équilibre entre le fruité, son acidité et ses tanins qui permettra d’atteindre une forme de plénitude et donnera envie d’en boire un verre, puis un autre. Et un autre, et un autre. Si bien qu’on peut siffler la bouteille sans même s’en rendre compte !

Bref, tout bon vin devrait avoir un élément important de « buvabilité ». En voici cinq exemples.

Buvez moins. Buvez mieux. 

Yalumba, Shiraz 2019

17 $
Photo courtoisie
17 $

Australie14 %

1,8 g/L – Biologique | ★★ | $ 1/2

Code SAQ : 12990531

L’un des plus importants producteurs d’Australie, Yalumba, continue à faire des efforts considérables pour faire passer sa production en conduite biologique. Élaboré à partir de raisins provenant des vallées de Barossa et Eden, ce shiraz a plutôt des airs de côtes du Rhône. Un nez agréable évoquant des tonalités de poivre, de prune, de mûre et de cuir. La bouche montre une matière généreuse, presque juteuse, mais l’ensemble demeure droit et évite de tomber dans le piège de la concentration, ce qui rend le vin parfaitement digeste. 

Parès Baltà, Calcari Xarel-Lo 2019, Penedès

20,60 $
Photo courtoisie
20,60 $

Espagne 12,5 %, 

1 g/L – Biologique | ★★★ | $$

Code SAQ : 11377225

Le cépage xarel-lo est surtout assemblé avec d’autres cépages afin d’élaborer le cava, le célèbre mousseux catalan. On en fait aussi un vin blanc sec qui peut être étonnamment bon. C’est le cas de celui-ci, qui provient de chez Parès Baltà qui travaille en bio depuis de nombreuses années et qui fait partie des meilleurs producteurs du Penedès. C’est à la fois ample et vif en bouche. Des tonalités de miel, de pomme, de marjolaine, d’agrume et de coquillage. Bonne persistance qui se distingue par un côté salin affirmé donnant l’impression de lécher un caillou ! On comprend ainsi un peu mieux le nom du vin. Compagnon parfait du poisson et des fruits de mer. 

Château de la Négly, La Côte 2018, La Clape

Photo courtoisie

France 14,5 %

3,5 g/L | ★★★ | $$

Code SAQ : 14322537

Le Château de la Négly est situé près de Narbonne, au cœur du massif de la Clape, l’un des endroits les plus qualitatifs du Languedoc. La composition du sol (limons sableux issus d’éboulis calcaires très poreux) permet de constituer une réserve vitale pour les vignes alors que la proximité de la Méditerranée offre au vignoble une influence maritime qui vient tempérer le climat. Dominé par le carignan auquel s’ajoutent syrah et mourvèdre, c’est un rouge riche et corpulent qui surprend par sa trame veloutée et son acidité fine. Malgré ses presque 15 % d’alcool, le vin se laisse boire assez facilement. 

Laurent Miquel, Solas pinot noir 2019, Pays d’oc

15,95 $
Photo courtoisie
15,95 $

France 13 %

1,6 g/L | ★★ | $ 1/2

Code SAQ : 13584383

Pas facile de trouver un bon pinot à petit prix. Propriété de la famille de Laurent Miquel depuis 1781, le domaine Cazal Viel (qui signifie « maison vieille » en latin), à Saint-Chinian, exerce aussi une activité de négoce sous le nom Solas (qui signifie « lumière » en vieux français). On découvre ici un pinot au fruité mûr avec des notes de fruits noirs, d’épices et une trame animale qui apporte du caractère. Assez bon volume en bouche, des tanins ronds et ce qu’il faut d’acidité pour maintenir le tout dans un ensemble d’une buvabilité certaine. Servir assez frais.  

Domaine Cosse Maisonneuve, La Fage 2016, Cahors

29,40 $
Photo courtoisie
29,40 $

France 13 %

1,5 g/L – Biologique | ★★★★ | $$$

Code SAQ : 10783491

Un coup de cœur assuré ! Le couple Mathieu Cosse et Catherine Maisonneuve produit aujourd’hui parmi les meilleurs vins de cette jolie région du sud-ouest de la France. Les cuvées du domaine sont déterminées par la spécificité des sols. Les vignes de « La Fage » poussent dans des sols argilograveleux et sont cultivées en bio et biodynamie. Le 2016 m’a semblé encore meilleur que le 2015, qui était déjà excellent. Équilibre impressionnant entre la richesse du fruité et la délicatesse tant des parfums que du touché en bouche. Des tanins légèrement granuleux, de la fraîcheur et une longue finale évoquant la cerise, la figue, le balsamique et les épices douces. Potentiel de garde évident, même s’il se laisse boire avec grand bonheur dès maintenant.