/weekend
Navigation

Femmes en confiance

WE 0320 Livres
Photo courtoisie, DR Anne de Montarlot est psychothérapeute depuis une quinzaine d’années.

Coup d'oeil sur cet article

Bien que l’on retrouve plus de femmes dans les hautes sphères de la société, les auteures du livre Le syndrome d’imposture estiment que les femmes manquent encore beaucoup trop de confiance en elles. Et, c’est par le biais de récits et d’études scientifiques qu’elles proposent des clés afin que les femmes puissent s’affranchir et se permettre d’aller de l’avant.

« Si les femmes manquent de confiance en elles, ce n’est pas de leur faute », lance d’emblée l’auteure Anne de Montarlot qui a coécrit ce livre avec Elisabeth Cadoche. « C’est qu’elles portent en elles un héritage historique, culturel, sociétal et familial. Elles doivent donc apprendre à être plus indulgentes envers elles-mêmes. »

C’est en entendant une conférencière brillante évoquer son sentiment d’imposture que les deux auteures ont eu l’idée d’écrire sur le sujet.

« Nous avons compris que c’était plus répandu qu’on le pensait et nous avons souhaité remonter à l’origine de la question », précisent les auteures.

Si certains disent que les femmes ont réalisé un grand bout de chemin ces dernières décennies et qu’elles ont investi certaines sphères professionnelles qui étaient autrefois dévolues aux hommes, il faut admettre qu’elles restent encore trop peu nombreuses aux postes de pouvoir. 

Sentiment d’imposture

Même parmi les femmes qui ont du succès dans la vie, plusieurs souffrent, selon les auteures, du sentiment d’imposture. « Plus la personne réussit, plus elle doute de ce qu’elle a accompli », explique Mme de Montarlot. 

Ressentir le sentiment de l’imposteur, c’est un peu comme vivre avec le sentiment d’avoir trompé tout le monde sans être démasqué et c’est davantage marqué chez les femmes. 

À cet effet, une étude publiée par la Cornell University en 2018 révèle que les hommes surestiment leurs capacités, tandis que les femmes les sous-estiment.

« Par ailleurs, la personne qui a un sentiment d’imposture a l’impression de ne pas mériter ses succès qu’elle attribue à la chance ou au hasard », indiquent les auteures.

Déficit de confiance

Le syndrome d’imposture est le résultat d’un grand déficit de confiance que l’on retrouve dans le milieu professionnel aussi bien que dans plusieurs autres sphères. 

Le doute, la peur de l’échec et l’autodévalorisation sont en partie responsables. Mais c’est aussi le cas au niveau notamment de l’apparence corporelle. « Le désir de perfection par rapport au corps peut amenuiser sa confiance en soi, car nombreuses sont les femmes qui s’empoisonnent la vie pour trois kilos en trop, même si elles ont réussi professionnellement », souligne Anne de Montarlot. 

À cela s’ajoute une autre triste réalité où certaines femmes n’ont pas eu les mêmes opportunités que les hommes, ces derniers ne leur ayant pas suffisamment fait confiance, créant ainsi un effet d’entraînement.

Pour réussir

Pour se sortir du syndrome d’imposture, les auteures estiment que les femmes doivent impérativement accepter de revisiter certaines croyances limitantes, de les déconstruire, d’être moins dépendantes du regard des autres, de se concentrer sur leurs propres buts et de ne pas chercher à correspondre à ce que les autres attendent d’elles. Ce qui peut être plus facile à dire qu’à faire. 

« On leur conseille d’écrire leurs réalisations sur un cahier et de les relire lorsque leur confiance vacille, ainsi, on réalise le chemin parcouru », explique Elisabeth Cadoche qui ajoute que l’on ne doit pas hésiter à sortir de sa zone de confort. 

C’est un pas à la fois que l’on peut apprendre à croire en soi. 

« Pour s’affranchir, les femmes doivent également s’entourer de femmes bienveillantes et avoir des rôles modèles qui les portent », conclut Anne de Montarlot.


Anne de Montarlot (photo) est psychothérapeute depuis une quinzaine d’années.

Elisabeth Cadoche est documentariste et auteure. Elle a été rédactrice en chef de plusieurs émissions de télévision en France.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.