/opinion/columnists
Navigation

Gare aux excès de confiance: ce n’est pas fini

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Si vous aimez le sport télévisé, vous avez vu la scène dans des montages souvent hilarants.

Un joueur de football file seul vers la zone des buts. Ivre de lui-même, il cesse de courir avec quelques verges à faire... et se fait plaquer par-derrière... et échappe le ballon.

Je nous regarde faire ces jours-ci.

  •  Écoutez la chronique de Joseph Facal avec Sophie Durocher sur QUB Radio :

Tannés

L’autre jour, je vais au cinéma pour la première fois en un an : places limitées, sièges assignés, désinfection entre deux séances, etc. Très bien.

J’avais choisi le siège 8F, alors je m’assoie sur le siège 8F.

J’écoute les gens qui entrent après moi. Billets numérotés en main, l’un demande à son compagnon : « Tu veux t’asseoir où, minou ? »

Et c’était ainsi l’un après l’autre. 

On m’informe que le cinéma a maintenant un placier qui s’assure que vos fesses sont là où votre billet dit qu’elles doivent être.

Dans la rue, deux voisines masquées depuis un an jasaient sans masque à 10 pouces l’une de l’autre.

Le lavage des mains et des paniers à l’épicerie ? Relâchement évident.  

Après avoir craint de manquer de vaccins, on se crêpe le chignon pour savoir s’il est normal ou liberticide de ne pas donner aux gens le choix de tel ou tel vaccin.

Toutes sortes de groupes d’intérêt font des pressions pour accélérer les relâchements. Je peux comprendre.

Je suis aussi écœuré que vous. J’ai hâte, moi aussi, d’inviter mes amis autour du BBQ. 

J’ai même hâte qu’ils soient obligés de rester pour dormir tellement le 0,08 aura été fracassé, démoli, anéanti. 

Mais je ne prends pas mes désirs pour des réalités.

J’ai toujours été fasciné par ce trait de caractère de tant de Québécois de croire que notre société vivrait dans une sorte d’univers parallèle, à l’abri de ce qui se passe ailleurs.

Si on a des yeux pour lire, le nombre de cas a recommencé à augmenter dans plusieurs provinces, probablement causés par les nouveaux variants plus contagieux.

La région d’Ottawa est passée en zone rouge avant-hier. Sudbury vient aussi d’être reconfinée au grand complet. 

Dans une école de Gatineau, tous les élèves de secondaire 4 ont été renvoyés à la maison jusqu’à la fin du mois à la suite d’une éclosion fulgurante.

En Europe, Paris se reconfine pour au moins un mois.

Nous assistons à une course entre la vaccination et la propagation des variants.

La vaccination est loin, loin d’être assez avancée pour que l’on puisse crier victoire. 

Ligne

Qu’on me comprenne bien : je ne blâme personne et je ne prétendrai jamais que ce que nous vivons est normal ou agréable. 

Mais la « performance » québécoise jusqu’ici ne justifie pas, c’est le moins qu’on puisse dire, le moindre excès de confiance.

François Legault dit que la ligne d’arrivée est toute proche.

C’est aussi ce que pensait le joueur de football dont je vous parlais au début.

Tannés ? Oui. Relâchement ? Non. Pas tout de suite.

Sinon, il arrivera quoi selon vous ?