/weekend
Navigation

Ne jamais se fier aux apparence

<strong><em>L’ami</em><br>Tiffany Tavernier</strong><br>Aux Éditions Sabine Wespieser<br>264 pages
Photo courtoisie L’ami
Tiffany Tavernier

Aux Éditions Sabine Wespieser
264 pages

Coup d'oeil sur cet article

Particulièrement bien mené, L’ami, le nouveau roman de la Française Tiffany Tavernier, met en scène un homme sans histoire qui, sans se douter de rien, a longtemps eu pour ami un vrai criminel. 

Après avoir terminé la lecture de ce roman, on a été incapable de bouger pendant un bon moment. Parce que l’histoire nous a bouleversés, parce que la fin a réussi à nous remuer jusqu’aux tréfonds. Mais pour ne rien divulgâcher, on ne parlera ici que du début. 

Thierry Clavaud, la cinquantaine, vit avec sa femme Élisabeth dans un coin isolé de la campagne française. Il est réparateur de machines dans une usine des environs et tout ce qu’on peut dire de plus sur lui, c’est qu’il n’est vraiment pas du genre à se lier facilement avec les autres. Au contraire. Mais il a quand même un ami, un seul, et c’est Guy, son voisin. Il le connaît depuis maintenant quatre ans – soit depuis que Guy et sa femme Chantal se sont installés dans la maison d’à côté –, et pas une semaine ne passe sans qu’ils ne se voient pour boire un verre, se faire un barbecue, bricoler ou, couchés dans l’herbe, observer les insectes.  

L’horreur tout près

Thierry, qui a appris très jeune à se contenter de peu, aurait sans doute pu continuer à vivre comme ça jusqu’à la fin des temps. Sauf qu’un beau matin, six voitures de police et une ambulance fileront droit chez Guy et Chantal. Pour compléter le tableau, une vingtaine d’hommes casqués et armés sortant des bois. Que se passe-t-il ? 

Lorsque Thierry découvrira la raison de tout ce branle-bas, son monde volera aussitôt en éclats. Car même dans ses pires cauchemars, jamais il n’aurait imaginé ce dont Guy pouvait parfois être capable dans l’intimité. Reste à savoir si lui, Thierry, saura accuser le choc et se reconstruire sur le plan psychologique.

Un superbe roman qu’on n’est pas près d’oublier. 

À lire aussi cette semaine  

Vie et mort à l’hôpital Bellevue

<strong>D<sup>r</sup> Eric Manheimer</strong><br>aux Éditions de l’Archipel<br>352 pages
Photo courtoisie
Dr Eric Manheimer
aux Éditions de l’Archipel
352 pages

Tel qu’on peut le voir sur le bandeau, c’est le livre qui a inspiré la très populaire série New Amsterdam, qu’on peut maintenant suivre sur TVA. Pendant 15 ans, Eric Manheimer a été directeur médical du Bellevue, le plus ancien hôpital public des États-Unis, et grâce à ses mémoires, on pourra facilement se glisser entre les murs de ce vénérable établissement hospitalier. Une expérience aussi intéressante qu’instructive.  

Piège à loup

<strong>Gunnar Staalesen</strong><br>aux Éditions Folio<br>448 pages
Photo courtoisie
Gunnar Staalesen
aux Éditions Folio
448 pages

Il est impossible de lire tout ce qui se publie année après année. Du coup, même s’il s’agit là de la 19e enquête de Varg Veum, le privé norvégien, c’est la première qu’on lit. Et non, on ne s’est pas senti trop perdu. Entre autres parce qu’on comprend très vite que dans cet opus, Varg a été piégé, qu’il n’a rien à voir avec le matériel pédopornographique trouvé dans son ordi. Pour le prouver, il va d’ailleurs s’évader de prison et partir à la recherche des vrais coupables. Sur 10, on donne 6,5 ! 

Végétarien sans carences

<strong>D<sup>r</sup> Arnaud Cocaul et Isabelle de Vaugelas</strong><br>aux Éditions Albin Michel<br>128 pages
Photo courtoisie
Dr Arnaud Cocaul et Isabelle de Vaugelas
aux Éditions Albin Michel
128 pages

Lorsqu’on songe à devenir végétarien ou végétalien, l’une des plus grandes craintes est généralement de ne pas manger équilibré et de développer certaines carences (en protéines, en fer, en oméga-3, en calcium, etc.). En plus de nous expliquer comment les éviter de façon claire et simple, ce livre propose 80 recettes aux origines très variées (aubergines à l’israélienne, frittata, curry de tofu, falafels de petits pois, moussaka aux lentilles...).   

Le Québec en camping

<strong>Marie-France Bornais</strong><br>aux Éditions de l’Homme<br>320 pages
Photo courtoisie
Marie-France Bornais
aux Éditions de l’Homme
320 pages

Que faire cet été durant la période des vacances ? Dans cette nouvelle édition augmentée, notre collègue Marie-France Bornais propose pas moins de 190 sites de camping qui ont tous été testés et approuvés. Et peu importe l’endroit où on décide de se poser, elle nous dit aussi ce qu’il y a à faire de chouette dans les environs. Bref, un guide qui devrait se révéler fort utile ! 

Frissons garantis 

Le chant des ténèbres

<strong>Ian Rankin</strong><br>Aux Éditions du Masque<br>400 pages
Photo courtoisie
Ian Rankin
Aux Éditions du Masque
400 pages

Avec un titre pareil, il est facile de deviner que l’histoire de ce 23e opus de la série John Rebus ne sera pas joyeuse, joyeuse. De fait, elle s’ouvre sur le déménagement de ce célèbre inspecteur écossais. À cause d’une bronchopneumopathie chronique obstructive, il doit en effet éviter les escaliers et désormais se contenter d’un appartement en rez-de-chaussée. Un coup dur à encaisser pour celles et ceux qui suivent ses enquêtes depuis 20 ans !

Deux affaires compliquées

Mais s’il est maintenant officiellement à la retraite (eh oui, même les personnages de roman vieillissent !), Rebus ne chômera pas longtemps. Un matin très tôt, sa fille Samantha va l’appeler, paniquée. La raison ? Keith, son conjoint, n’a pas donné signe de vie depuis deux jours. Il s’est tout simplement volatilisé sans rien emporter. Même sa voiture est encore là, la clé sur le contact. Alors évidemment – sinon quel genre de père aurait-il été –, Rebus n’hésitera pas à foncer chez sa fille pour lui apporter son aide.

Avant de terminer, un petit mot sur Siobhan Clarke, l’ancienne collègue de Rebus. Un riche étudiant saoudien fan de James Bond a été poignardé dans un parking et tout comme Rebus, elle ne va pas tarder à en avoir plein les bras. 

Ensemble, ils vont donc nous offrir un bon moment de détente.