/sports/ski
Navigation

St-Germain conclut sa meilleure saison en carrière

Coup d'oeil sur cet article

Laurence St-Germain se retrouvait en bonne position pour conclure avec l’étincelle qu’elle souhaitait s’offrir à l’occasion de sa dernière course de la saison, mais une deuxième manche plus difficile a freiné ses espoirs.

En quatrième place après la première descente du slalom de la finale de la Coupe du monde disputée, samedi, à Lenzerheide en Suisse, St-Germain a conclu sa saison avec une 11e position.

« C’était la première fois que j’étais aussi près du podium et je voulais terminer dans le Top 7 dans la liste de départ pour l’an prochain, a expliqué St-Germain qui a terminé à 3 s 85 de la gagnante Katharina Liensberger. Avant la course, je me disais que je n’avais rien à perdre, mais j’ai finalement tout perdu. Je voulais terminer avec un dernier petit punch. »

La déception de St-Germain ne masque toutefois pas sa satisfaction de sa saison, sa meilleure en carrière dont le point d’exclamation a été une sixième place. 

« Mon objectif était d’être plus constante et j’ai terminé dans le Top 11 à toutes les courses sauf deux, a souligné celle qui a été la première à s’élancer, samedi. Mission accomplie de ce côté. Je voulais terminer dans le Top 7 de la liste de départ et je suis passée très près avec une 9e place. Je sais aussi ce qui me détache des meilleures. J’ai les outils pour arriver solide et prête à performer l’hiver prochain aux Jeux olympiques. Partir au premier rang m’a procuré un avantage. »

Huitième au classement général

Au classement général de la Coupe du monde, la skieuse de Saint-Ferréol-les-Neiges conclut la saison au huitième rang. Samedi, une erreur dans le haut du parcours et un manque d’énergie dans le dernier tiers expliquent les précieuses secondes perdues.

« J’ai manqué de jus dans le dernier tiers du parcours, a-t-elle imagé, ce qui m’a fait perdre beaucoup de temps. Mes jambes étaient fatiguées et j’ai manqué d’énergie. Au deuxième temps intermédiaire, j’occupais encore la 4e place, mais ça s’est gâté par la suite. En raison de la chaleur, la neige était difficile et il y avait plusieurs trous. »

Au-delà de ses résultats intéressants, St-Germain avait une autre raison de sourire. « Mon problème aux genoux a été corrigé cette année, a-t-elle mentionné. Depuis quatre ans, cette blessure chronique me faisait souffrir. C’est motivant de savoir que le problème est réglé. C’est la première fois que je demeure à la maison pour l’entre-saison et ma collaboration avec Charles Castonguay a été bénéfique. C’est la première fois que je travaillais en réhabilitation. Avant, je ne courais pas et je faisais peu de vélo. Je peux maintenant faire tout ce que je veux. »