/lifestyle/family
Navigation

Un nouvel outil pour les francophones

Ludmo
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Depuis bon nombre d’années, Montréal se positionne comme un joueur majeur dans l’industrie vidéoludique. Mais le français, lui, ne connaît pas forcément le même essor dans ce domaine. Le vent semble toutefois être sur le point de tourner avec la toute nouvelle plateforme Ludmo.

Gamer. RPG. Checkpoint. Split-screen. Les anglicismes sont encore nombreux à s’accrocher fermement au lexique utilisé tant par les créateurs de jeux vidéo que par ceux qui les consomment. 

C’est ici qu’entre en jeu Ludmo, fruit d’une collaboration entre La guilde du jeu vidéo et le studio Affordance. Cette plateforme en ligne, lancée aujourd’hui en l’honneur de la Journée internationale de la Francophonie, réunit outils et jeux ayant un but commun : promouvoir l’utilisation de la langue française dans l’industrie vidéoludique. 

« Le monde du jeu vidéo est en constante évolution ; tout change rapidement. Il est donc d’autant plus important d’avoir un vocabulaire qui est mis à jour régulièrement ; ça rend le travail beaucoup plus efficace et précis, en plus d’éviter tout malentendu dans les communications », explique Avery Rueb, cofondateur du studio Affordance. 

Il ne le cache pas : la plateforme Ludmo a initialement été créée pour les professionnels de l’industrie. Mais, en cours de route, son potentiel auprès des joueurs eux-mêmes est devenu évident. 

« Beaucoup de gens ont appris l’anglais en jouant à des jeux vidéo. Pourquoi est-ce qu’on ne pourrait pas faire l’inverse et apprendre ou parfaire nos connaissances du français ? » avance-t-il. 

D’Américain à Québécois  

Et il en sait quelque chose. Natif de l’État de Washington, aux États-Unis, Avery Rueb n’a appris le français qu’à son arrivée à l’université. C’est en voyant le film Le Mépris, dans le cadre d’un cours, qu’il est tombé sous le charme de la langue. 

« C’était avant internet, donc je n’avais jamais vu de film en français avant. Il y a quelque chose dans la sonorité, le rythme et les accents de la langue qui m’a aussitôt touché », se souvient-il, dans un français impeccable.

Désormais résident canadien – Avery Rueb demeure à Montréal depuis maintes années –, il fait de la promotion du français son cheval de bataille. C’est dans cette optique que le studio Affordance a développé les deux premiers jeux accessibles sur la plateforme Ludmo : Mots de jeux et Défi Québec. 

D’autres viendront s’ajouter à l’avenir, de même qu’un plugiciel (l’équivalent francophone de plug-in) permettant de repérer et de remplacer les anglicismes liés au domaine des jeux vidéo. 


La plateforme est désormais en ligne sur ludmo.ca.