/weekend
Navigation

Dans l’univers de Leonard Cohen

Mort d'un séducteur
Photo courtoisie, METROPOLE FILMS Gabriel Byrne et Jessica Paré dans une scène du film Mort d’un séducteur.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir fait quelques clins d’œil à Leonard Cohen dans sa comédie Looking for Leonard, sortie il y a une vingtaine d’années, le réalisateur canadien Matthew Bissonnette explore plus en profondeur l’œuvre du légendaire poète montréalais dans son nouveau long métrage, Mort d’un séducteur. Et c’est au célèbre acteur irlandais Gabriel Byrne qu’il a confié le rôle principal de son film.

Tourné à Montréal et en Irlande il y a deux ans, Mort d’un séducteur (Death of a Ladie’s Man) relate la crise existentielle de Samuel O’Shea, un professeur de littérature montréalais qui vient de se faire diagnostiquer un cancer du cerveau inopérable. De plus en plus victime d’hallucinations, il décide d’entreprendre un bilan de sa vie en faisant la paix avec son passé et en renouant avec son ex-femme (Suzanne Clément) et ses deux enfants (Karelle Tremblay et Antoine Olivier Pilon).

Vous l’aurez compris, Matthew Bissonnette s’est inspiré de l’œuvre de Leonard Cohen pour écrire ce personnage de poète séducteur invétéré. En fait, tout son film est habité par la musique, la poésie et l’univers de Cohen. C’est d’ailleurs cet aspect du scénario qui a séduit Gabriel Byrne quand Bissonnette l’a approché pour le rôle principal du film.

« Sincèrement, Matthew n’a pas eu à dire grand-chose pour me convaincre d’accepter ce rôle magnifique », a admis Gabriel Byrne lors d’un entretien téléphonique accordé au Journal en janvier dernier. 

« J’ai aimé le scénario, mais aussi la façon dont l’histoire est liée à la musique de Cohen. On y retrouve les thèmes qui reviennent souvent dans les chansons de Cohen comme le désir, l’amour, la mort et la difficulté de revenir dans le passé. Matthew a mélangé tout cela en ajoutant une belle touche d’espoir et d’optimisme. »

En entrevue au Journal, Matthew Bissonnette, qui a grandi à Montréal, explique qu’il a songé à plusieurs acteurs pour le rôle principal de son film, mais que Gabriel Byrne s’est toujours imposé comme son premier choix.

« On s’est rapidement rendu à l’évidence qu’il était l’acteur idéal pour ce rôle, souligne-t-il. Il s’est investi totalement dans le personnage. Au début, on devait tourner le film entièrement au Canada. Mais quand Gabriel est embarqué dans le projet, on a eu l’idée d’aller tourner une partie du film en Irlande. Avec Gabriel, le film est donc devenu plus grand, plus ambitieux. » 

Sous le charme de Montréal

L’autre grand attrait du film, pour Gabriel Byrne, a été Montréal. L’acteur de Usual Suspects et Spider avait déjà séjourné dans la métropole il y a une quinzaine d’années à l’occasion du tournage d’Emotional Arithmetic, un drame dans lequel il jouait aux côtés de Max von Sydow, Christopher Plummer et Roy Dupuis. Il se souvient d’avoir eu un coup de cœur instantané pour la ville.

« Il y a des villes où on va souvent et dans lesquelles on n’arrive jamais à se sentir bien, observe Byrne. Pour Montréal, ç’a été le contraire. Dès le premier jour où j’ai mis les pieds à Montréal, je me suis tout de suite senti chez moi. Je crois que c’est parce que cette ville me fait beaucoup penser à Dublin. Comme les Irlandais, les Montréalais sont très accueillants. Montréal est une ville intime, chaleureuse et amicale. Et j’aime son architecture, à la fois moderne et d’époque. En quittant Montréal à la fin du tournage du film, je me suis promis d’y retourner pour y passer plus de temps. Mais malheureusement, ça n’a pas été possible à cause de la pandémie. »

Gabriel Byrne a aussi été emballé par son expérience de tournage avec les acteurs québécois du film, Suzanne Clément, Antoine Olivier Pilon, Karelle Tremblay et Jessica Paré.

« Je connaissais certains d’entre eux de réputation, souligne l’acteur de 70 ans. Je savais déjà qu’ils étaient tous des acteurs formidables, mais j’ai été impressionné de voir à quel point ils étaient habités par leurs rôles. C’est toujours un plaisir de travailler avec de si bons acteurs. Chacun d’entre eux a apporté quelque chose d’unique à son personnage. » 


Le film Mort d’un séducteur est offert en vidéo sur demande et est présenté en salle depuis hier.