/entertainment/comedy
Navigation

Du gâteau pour tout le monde

22e Gala des Olivier
Photo courtoisie, APIH

Coup d'oeil sur cet article

C’était soir de fête « pandémique » pour le milieu de l’humour, dimanche. Dans un gala « avec distanciation » animé de main de maître par François Bellefeuille, les humoristes ont été nombreux à se partager « virtuellement » un morceau de gâteau. Sam Breton pour l’Olivier de l’année, Mathieu Dufour pour l’Artiste COVID, Arnaud Soly pour la découverte, la 22e édition des Olivier aura été rassembleuse jusqu’à la fin.

L’équipe des Olivier a pris des notes en regardant les autres galas durant la dernière année. Après avoir repoussé la cérémonie de plus de trois mois, l’organisation a pu prévoir une soirée assez festive qui respectait les contraintes sanitaires.

Pour sa première animation aux Olivier, François Bellefeuille a été fidèle à sa réputation : drôle et efficace. L’humoriste a commencé la soirée en se disant chanceux de pouvoir faire rire « en présentiel » les 58 personnes dans la salle.

« Je veux lever mon chapeau à la personne qui a réussi à faire passer notre petit gala Méritas pour un service essentiel. Il faut mettre cette personne sur le dossier de la vaccination ! »

  • Écoutez la chronique culturelle d’Anaïs Guertain-Lacroix à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:

Une grande portion de l’humour du gala s’est déroulée via des vidéos qui avaient été tournées le mois dernier. Cette idée, qui permettait de respecter encore plus facilement les mesures sanitaires, a donné lieu à plusieurs moments savoureux.

Bellefeuille nous a lui-même fait rire avec une capsule sur des « ateliers de jeu » dans laquelle Gaston Lepage, Ève Landry et Robert Lepage ont fait une apparition.

Une autre vidéo inspirée nous a montré la « secte » des anciens gagnants de l’Olivier de découverte de l’année avec Martin Matte, Philippe Laprise, Katherine Levac, Maude Landry et Sam Breton.

La relève prend le relais

L’un des moments forts de la soirée a sans contredit été le numéro de Charles Beauchesne, qui a ri des pires moments des 20 derniers Galas Les Olivier, images à l’appui. Sur le ton qui rappelait son excellent balado Les pires moments de l’histoire (qui lui a d’ailleurs valu un trophée dimanche), Beauchesne s’est sûrement fait de nouveaux adeptes avec ce passage.

Qu’en est-il des autres gagnants de la soirée ? Exclusivement masculins, ils ont mis la relève en valeur. Il faut dire qu’avec la COVID et les tournées arrêtées l’an dernier, les jeunes humoristes ont été plus en vue que jamais en prenant le web d’assaut.

La catégorie la plus prestigieuse de la soirée, celle pour l’Olivier de l’année, était probablement la plus difficile à prédire. La compétition était féroce avec de grosses pointures (Rachid Badouri, Pierre Hébert, Mariana Mazza, Phil Roy), mais c’est finalement Sam Breton qui est reparti avec l’Olivier. 

« Je n’ai jamais été aussi fier d’être humoriste en 2020. Si l’Olivier était Monsieur Patate, je le déferais et j’en donnerais à tout le monde », a dit Breton en parlant à ses collègues.

Un autre qui aurait mérité de repartir avec l’Olivier de l’année, tant on l’a vu sur toutes les tribunes, Arnaud Soly a dû se « contenter » de l’Olivier pour la découverte. Avec quatre nominations, il était pourtant le plus nommé parmi ses collègues.

« Je me suis senti imposteur dans ce milieu-là longtemps, a dit l’humoriste. Merci à mes parents de ne pas m’avoir renié quand j’ai lâché la musique. »

Un premier pour Math Duff

De son côté, Mathieu Dufour n’a pas volé son trophée pour l’Artiste COVID, catégorie qui était choisie par le public. Avec son Show-rona virus sur Instagram durant le premier confinement, Math Duff a gagné des milliers de nouveaux abonnés.

« Ce sont mes premiers remerciements à vie, j’angoisse complet ! », a lancé le comique qui a admis avoir eu l’idée de son Show-rona virus virtuel quand il était aux toilettes. « Avoir su que ça donnerait un talk-show, j’aurais brainstormé plus longtemps sur le nom. »

Enfin, pour le numéro d’humour de l’année, on se doutait bien que Pierre Hébert repartirait avec la statuette. Son touchant numéro Ode à la vie, davantage sensible que drôle, cochait toutes les cases pour recevoir un Olivier. 

Les déclarations de la soirée  

22e Gala des Olivier
Photo courtoisie, APIH

« Parler tout seul devant une salle vide, c’est pas de l’humour, ça, c’est du théâtre. »

– Arnaud Soly 

22e Gala des Olivier
Photo courtoisie, Paul Ducharme, APIH

« On a failli avoir Maripier Morin [au gala], mais malheureusement son agenda était déjà trop chargé. »

–François Bellefeuille 

22e Gala des Olivier
Photo courtoisie, APIH

« Je ne pensais pas qu’on avait dénoncé autant de monde. »

– Rosalie Vaillancourt, en voyant le parterre dégarni 

Repartis les mains vides  

François Bellefeuille

Récipiendaire de neuf Olivier en carrière, François Bellefeuille est habitué de remporter les trophées dans les catégories où il est finaliste. Mais dimanche, l’animateur du gala a perdu dans les trois catégories où il était nommé (Artiste COVID, Numéro d’humour, Podcast humoristique avec script). Parions que l’humoriste est reparti tout aussi heureux de son travail à l’animation que d’être reparti avec une énième statuette. 

Rosalie Vaillancourt

Comme d’autres humoristes qui avaient lancé un nouveau spectacle juste avant la pandémie, Rosalie Vaillancourt n’a pu recevoir de nominations pour Enfant roi, puisque l’équipe des Olivier a enlevé les principales catégories touchant les spectacles. Nommée deux fois en solo dimanche (Olivier de l’année, Artiste COVID) et aussi pour la série web On parle de sexe, elle est repartie bredouille. 

Alexandre L’Heureux

Celui que l’on pourrait qualifier « d’intrus » de la soirée, le comédien Alexandre L’Heureux a le mérite de s’être fait remarquer durant la pandémie avec ses hilarantes vidéos. On peut difficilement qualifier L’Heureux de « perdant », puisque ses deux nominations (Artiste COVID, capsule ou sketch web humoristique) sont déjà de belles victoires. 

Les gagnants du Gala Les Olivier  

22e Gala des Olivier
Photo courtoisie, APIH
  • Olivier de l’année : Sam Breton 
  • Numéro d’humour de l’année : Ode à la vie, Pierre Hébert. Auteurs : Pierre Hébert, Félix Turcotte, Martin Vachon, Dominic Sillon  
  • Capsule ou sketch Web humoristique de l’année : BFF à distance, David Beaucage, Pierre-Yves Roy-Desmarais  
  • Série Web humoristique de l’année : Top Dogs : homicides, Koze 
  • Série de fiction humoristique de l’année : C’est comme ça que je t’aime, Productions Casablanca  
  • Émission télé humoristique de l’année : Like-Moi ! – Saison 5, Zone3 
  • Découverte de l’année : Arnaud Soly 
  • Capsule ou sketch radio humoristique de l’année : 50 Shades of Beige avec Martin Juneau, Billy Tellier  
  • Artiste COVID de l’année : Mathieu Dufour 
  • Podcast humoristique avec script de l’année : Les pires moments de l’histoire avec Charles Beauchesne, Charles Beauchesne  
  • Podcast humoristique sans script de l’année : Le podcast de Thomas Levac, Thomas Levac