/opinion/columnists
Navigation

Vert, le Québec? Faites-moi rire!

DOSSIER POLLUEUR AU QUÉBEC
Photo d'archives, André Paquette

Coup d'oeil sur cet article

Question quiz de la semaine...

À quoi ça sert d’avoir un organisme comme le Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE), qui a pour mission d’évaluer les impacts que pourraient avoir divers projets sur l’environnement, si on permet à un gros projet comme la cimenterie McInnis de le contourner ?

Si un projet potentiellement aussi polluant qu’une méga cimenterie peut échapper au BAPE... à quoi ça sert, diantre, d’avoir un tel organisme ?

FEU VERT AUX POLLUEURS

C’est comme si vous installiez des gicleurs dans toutes les pièces de votre maison... sauf dans la cuisine !

Allo ?

Imaginez un gars chargé de faire passer un test antidopage à cinq athlètes. 

Quatre semblent tout à fait normaux, alors que le cinquième ressemble à un croisement entre Hulk et Obélix.

Le gars dit aux quatre premiers : « Allez aux toilettes et pissez dans l’éprouvette que je vous ai donnée », puis se tourne vers le cinquième et lui dit : « Toi, tu n’as pas besoin de passer le test, car on voit bien que tu n’as rien à te reprocher, tu peux retourner dans le gymnase... »

Vous diriez : « De kessé ? »

Eh bien, c’est exactement ce qu’on a fait avec la cimenterie McInnis. 

On lui a permis de passer Go sans avoir à se présenter devant le BAPE. 

BILLETS VERTS CONTRE VOTES

À entendre les promesses faites par les anciens dirigeants de la compagnie, c’est juste si on ne disait pas que la cimenterie allait purifier l’air de la Gaspésie !

Pousse, mais pousse égal, Charlie... 

Pourquoi le gouvernement Marois a donné ce cadeau aux propriétaires de la cimenterie McInnis ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Par pur cynisme. Pour créer des jobs dans la région. Et, ainsi, s’assurer des votes aux prochaines élections. 

Cette stratégie est vieille comme le monde. 

On a sacrifié la sauvegarde de l’environnement sur l’autel de la partisanerie politique. 

Pour quelques milliers de votes, le PQ de madame Marois (puis le PLQ de Philippe Couillard) a donné le bon Dieu sans confession à un projet hyper polluant qui, lorsqu’il atteindra sa pleine capacité dans deux ans, crachera dans l’atmosphère chaque année 2,5 fois plus de CO2 que l’ensemble des gaz à effet de serre évités par le train du Réseau express métropolitain de Montréal durant... 25 ans !!!

Et on se dit « vert » ?

On regarde l’Alberta de haut ?

VIRAGE VERT POUR LES BLEUS ?

Parlant d’environnement...

La question des changements climatiques déchire les conservateurs. 

Aux membres du PCC qui trouvent que la protection de l’environnement est une cause « gauchiste », je rappellerais ces quelques mots de Preston Manning, figure de proue de la droite canadienne.

« Je ne comprends pas pourquoi les partis politiques conservateurs hésitent autant à embrasser la cause environnementale. 

« Vivre à la hauteur de nos moyens, ce qui est au cœur du conservatisme fiscal, est en fait un concept écologiste. 

« La planète aussi doit vivre à la hauteur de ses moyens. N’oubliez pas que les mots “conservation” et “conservatisme” viennent de la même racine. 

« Il n’y a rien d’incompatible entre vouloir conserver nos forêts, notre nature, et vouloir conserver nos valeurs, bien au contraire... 

« Et puis, n’oubliez pas : les changements climatiques auront un très gros impact sur l’économie. »