/news/society
Navigation

Sondage Léger: le baromètre des meilleurs romans québécois de l’histoire

Buch
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Chaque semaine, Le Journal, en collaboration avec la firme Léger, dévoile un coup de sonde sur une variété de sujets qui vous touchent de près ou de loin. Notre baromètre mesure ainsi­­­ ce qui vous fait vibrer ou sourciller en tant que Québécoise et Québécois, jeune et moins jeune, francophone, anglophone ou allophone, à Montréal ou en région.

• À lire aussi: Sondage Léger: le baromètre des professions qui inspirent le plus confiance

• À lire aussi: Le baromètre des femmes les plus marquantes du Québec

• À lire aussi: Sondage Léger: le baromètre des plus grands chanteurs et chanteuses québécois

Quels sont les trois meilleurs romans québécois de l’histoire ? 

1. Les Filles de Caleb (Arlette Cousture) : 20 %

Buch
Photo courtoisie

2. Bonheur d’occasion (Gabrielle Roy) : 19 %

Buch
Photo courtoisie

3.Un Homme et son péché (Claude-Henri Grignon) : 12 %

Buch
Photo courtoisie

4. 5150, rue des Ormes (Patrick Senécal ) : 11 %

Buch
Photo courtoisie

5. Gabrielle (Marie Laberge) : 8 %

Buch
Photo courtoisie

6. L’histoire de Pi (Yann Martel) : 8 %

7. Aliss (Patrick Senécal) : 7 %

8. Amos Daragon (Bryan Perro) : 7 %

9. Kamouraska (Anne Hébert) : 7 %

10. Les Sept Jours du talion (Patrick Senécal) : 7 %

11. Le monstre (Ingrid Falaise) : 6 %

12. Volkswagen Blues (Jacques Poulin) : 6 %

13. Hell.com (Patrick Senécal) : 6 %

14. Le Matou (Yves Beauchemin) : 5 %

15. La grosse femme d’à côté est enceinte (Michel Tremblay) : 5 %

16. Le Survenant (Germaine Guèvremont) : 5 %

17. Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer (Dany Laferrière) : 5 %

18. L’avalée des avalés (Réjean Ducharme) : 5 %

19. Annabelle (Marie Laberge) : 5 %

20. Maria Chapdelaine (Louis Hémon) : 5 %

21. Le passager (Patrick Senécal) : 5 %

22. La chasse-galerie (Honoré Beaugrand) : 4 %

23. La petite fille qui aimait trop les allumettes (Gaétan Soucy) : 4 %

24. Les Chevaliers d’Émeraude (Anne Robillard) : 4 %

25. Ru (Kim Thúy) : 3 %


► Méthodologie

Le sondage a été réalisé en deux temps. Une question ouverte a été posée aux panélistes LEO (Leger Opinion) pour qu’ils soumettent leurs romans préférés. Ensuite, un sondage scientifique a été réalisé auprès d’un millier de Québécoises et Québécois représentatifs du 12 au 14 février 2021 sur la base des 75 romans les plus mentionnés. Chaque répondant pouvait choisir jusqu’à 3 romans. Seuls les 25 romans les plus populaires sont présentés dans ce baromètre. 


 

  • Philippe Léger, Le Journal de Montréal  

Le constat

Ce baromètre, réalisé à partir d’une liste de 75 livres, mélange inévitablement les meilleurs romans ainsi que ceux qui sont les plus connus. Voilà pourquoi quatre des six meilleurs romans québécois ont été transformés en série télévisée ou en film. C’est le cas pour Les Filles de Caleb (1er), Un homme et son péché (3e), 5150, rue des Ormes (4e) et L’histoire de Pi (6e).

La surprise

Le terroir nous marque et nous intéresse en littérature. Les auteurs auxquels nous sommes particulièrement attachés ont décrit, à un moment bien précis, notre territoire, notre condition et nos mœurs. Notre décor hivernal s’est exprimé par Kamouraska (9e), le quartier ouvrier de Saint-Henri et du Plateau, par Bonheur d’occasion (2e) et par La grosse femme d’à côté est enceinte (15e), et notre ruralité par Maria Chapdelaine (20e). 

La déception

Combien de romans figurant dans ce baromètre avez-vous lus ? Deux ? Peut-être trois ? Le roman, tout comme la littérature en général, est probablement la forme d’art la plus ignorée par les Québécois­­­, surtout si on la compare à notre consommation de spectacles d’humour­­­ et de musique. 

ON AIME ÉMILIE BORDELEAU !   

  • Sophie Durocher, Le Journal de Montréal  

Les féministes vont être contentes ! Le roman préféré des Québécois a été écrit par une femme, sur une femme forte.  

Je suis sûre que lorsqu’elle a commencé à écrire ses romans, Arlette Cousture ne se doutait pas qu’en racontant l’histoire de sa propre grand-mère, elle se retrouverait un jour numéro un dans le cœur des Québécois. 

Mais avouez que c’est quand même assez révélateur que le roman le plus populaire dans le cœur des Québécois nous parle d’une histoire de terroir, les deux pieds bien ancrés dans notre histoire nationale.  

C’est peut-être en raison de cet attachement au « terroir » que le roman très « urbain » de Nelly Arcan, Putain, qui a eu une carrière internationale, et qui était si formidablement écrit, ne se retrouve nulle part dans les 25 romans les plus appréciés. Quand on parle de littérature, c’était quand même un incontournable.  

Mon autre déception ? Que les lecteurs n’aient pas plébiscité La femme qui fuit, le superbe roman d’Anaïs Barbeau-­Lavalette qui vous hante encore des mois après l’avoir terminé.  

Rassurant

Par contre, je trouve assez rassurant que L’avalée des avalés de Ducharme se retrouve dans la liste. Après tout, ce roman a été rajouté il y a cinq ans au Registre du patrimoine culturel du Québec­­­, parce qu’on considère que sa parution est « un évènement historique ».  

Et dire que le roman a été publié en France, parce qu’un éditeur québécois (Pierre Tisseyre) n’avait pas reconnu le talent de Ducharme. 

Quelle ironie que 55 ans plus tard, il se retrouve dans la liste des romans préférés des Québécois ! Comme quoi l’adage « nul n’est prophète en son pays » n’est pas toujours vrai. 

Une dernière réflexion : on retrouve non pas un, ni deux, ni trois, ni quatre, mais bien cinq livres de Patrick Senécal ! 

Cinq livres d’horreur, ça dit quoi sur nous comme peuple ? Qu’on aime se faire conter des peurs ?


Faites la différence.

Les résultats de ce sondage vous font réagir ? Envoyez-nous vos lettres d’opinion pour participer à la discussion à l’adresse suivante : faitesladifference@quebecormedia.com

Vous aimeriez vous aussi répondre à des sondages?

Inscrivez-vous à LEO, le panel de Léger : https://bit.ly/3raMw62