/sports/racing
Navigation

F1: les enjeux d’une saison imprévisible

La Formule 1 reprend ses droits en fin de semaine à Bahreïn

AUTO-PRIX-F1-QAT-TEST
Photo d’archives La saison de Formule 1 se mettra en branle le week-end prochain à Bahreïn. La grande question est de savoir si les Mercedes seront encore hors d’atteinte.

Coup d'oeil sur cet article

Trois mois après la tenue du dernier Grand Prix à Abou Dhabi en 2020, le rideau se lève cette fin de semaine à Bahreïn sur la nouvelle saison de Formule 1.

• À lire aussi: Mercedes: la passe de huit?

Lewis Hamilton deviendra-t-il le premier pilote de l’histoire à remporter un huitième titre ?

La domination des Mercedes sera-t-elle maintenue en 2021 ?  

La pandémie forcera-t-elle, encore cette année, le report ou l’annulation de certaines épreuves, dont le Grand Prix du Canada ?  

À quoi s’attendre de Lance Stroll et de son nouveau coéquipier, Sebastian Vettel, chez Aston Martin ?

Voilà un aperçu des principaux enjeux d’une saison qui s’annonce imprévisible. 

Une dernière consécration ?

Lewis Hamilton a été le dernier pilote du plateau à officialiser son entente avec son employeur, Mercedes.  

Les négociations ont été, semble-t-il, ardues, et le Britannique, à 36 ans, pourrait bien décider que 2021 sera sa dernière. Question de se retirer en pleine gloire. 

L’année de Red Bull ?

Les trois jours d’essais préparatoires tenus récemment à Bahreïn ont confirmé la bonne forme des Red Bull et de Max Verstappen, qui ont trôné au sommet du tableau des résultats. Si l’équipe autrichienne reconnaît avoir connu un parcours prometteur, elle se montre néanmoins méfiante face aux nombreux problèmes qui ont affligé Mercedes lors de ces mêmes essais. L’équipe allemande, aux yeux de plusieurs observateurs, a bien caché son jeu et devrait remettre les pendules à l’heure dès les premières courses de la saison. 

Un calendrier maintenu à 23 étapes ?

En raison de la COVID-19, le début de la saison a été retardé de plusieurs mois l’an dernier et le nombre d’épreuves est passé de 22 à 17 seulement. Le GP d’Australie, qui devait initialement avoir lieu la semaine dernière à Melbourne, a été reporté à novembre et la Chine a renoncé à accueillir la F1 pour la deuxième année de suite. 

Si la présentation du premier Grand Prix de Bahreïn en fin de semaine n’est pas menacée, il en est tout autrement pour le reste du calendrier. La situation varie d’un pays à l’autre, mais elle est préoccupante en Europe, où doivent être disputées les cinq étapes suivantes. 

Report à l’automne ?

Rien n’est assuré non plus pour Montréal, où la F1 doit débarquer en juin, puisque la pandémie ne sera pas encore contrôlée au début de l’été au Québec. Rien ne garantit entre autres que la fermeture des frontières et l’imposition d’une quarantaine soient levées.  

Ainsi, tous les scénarios sont envisagés, mais le plus probable est le report du GP du Canada à l’automne, même si les mois de septembre et d’octobre sont déjà fort occupés pour les équipes et les pilotes. 

Les organisateurs de Grands Prix auront-ils les moyens, une fois de plus, d’organiser une course à huis clos ou, du moins, de limiter l’accès au site ?

Certainement pas tous. 

Pour l’escale montréalaise, une course sans spectateurs n’est pas viable pour son promoteur François Dumontier puisque sa principale source de revenus est la vente de billets. L’opération n’est rentable qu’à la condition de remplir la plupart des tribunes et des loges corporatives. 

Et comme l’entreprise de Dumontier doit assumer les factures du transport des bolides et de la préparation du circuit Gilles-Villeneuve, la seule façon de respecter son engagement avec la F1 en juin serait d’exiger des compensations financières importantes auprès des divers paliers de gouvernement, qui ont déjà investi beaucoup d’argent dans le Grand Prix. 

Aston Martin va-t-elle regretter Pérez ?

Le changement d’air va-t-il profiter à l’Allemand Sebastian Vettel, qui a été préféré à Sergio Pérez chez Aston Martin ? Des analystes s’interrogent sur le degré de motivation du quadruple champion du monde après un parcours qui s’est plutôt mal terminé chez Ferrari. 

L’ex-écurie Racing Point va-t-elle regretter d’avoir évincé le Mexicain, qui a connu l’an dernier la meilleure saison de sa carrière en F1 ? 

Qui de McLaren, Alpine, Aston Martin ou Ferrari sera la « meilleure des autres » derrière les intouchables Mercedes et Red Bull ? 

À quoi s’attendre des Canadiens Lance Stroll (Aston Martin) et Nicholas Latifi (Williams) ? Chez Haas, comment se comportera Mick Schumacher, qui fera revivre un nom célèbre en F1, mais dont les premiers tours de roue s’effectueront au volant de l’une des pires, sinon la pire, des monoplaces du plateau ? 

Bonne saison à tous.  

Les inscrits en 2021 

Mercedes 

  • Lewis Hamilton 
  • Valtteri Bottas  

Red Bull 

  • Max Verstappen 
  • Sergio Pérez  

McLaren 

  • Daniel Ricciardo 
  • Lando Norris  

Aston Martin 

  • Sebastian Vettel 
  • Lance Stroll  

Alpine 

  • Fernando Alonso 
  • Esteban Ocon  

Ferrari 

  • Charles Leclerc 
  • Carlos Sainz  

AlphaTauri 

  • Pierre Gasly 
  • Yuki Tsunoda  

Alfa Romeo 

  • Kimi Raikkonen 
  • Antonio Giovinazzi  

Haas 

  • Mick Schumacher 
  • Nikita Mazepin  

Williams 

  • George Russell 
  • Nicholas Latifi  


Ils changent d’équipe

Sergio Pérez
Photo courtoisie
Sergio Pérez

Mercedes, Williams et Alfa Romeo sont les trois seules écuries du plateau à avoir conservé leurs duos de pilotes en 2021. 

◆ L’Allemand Sebastian Vettel, quadruple champion du monde, a mis fin à une association de six ans avec Ferrari pour rejoindre les rangs de l’écurie Aston Martin (ex-Racing Point). 

◆ Pour le remplacer, Ferrari a fait appel à l’Espagnol Carlos Sainz, qui portait les couleurs de McLaren depuis 2019.  

◆ L’Australien Daniel Ricciardo passe chez McLaren après avoir disputé ses deux dernières saisons derrière le volant d’une Renault. 

◆ Évincé par l’écurie Racing Point au terme de l’année 2020, malgré une brillante victoire au Grand Prix de Sakhir en décembre et une quatrième place au tableau final des pilotes, le Mexicain Sergio Pérez n’y perd pas au change puisqu’il est maintenant le coéquipier de Max Verstappen chez Red Bull.


Ils arrivent

Mick Schumacher
Photo courtoisie
Mick Schumacher

Trois recrues, transfuges de la F2, vont disputer leur tout premier Grand Prix dimanche à Bahreïn.

◆ Deux de ces jeunes pilotes se retrouvent au sein de la formation américaine Haas. Il s’agit de Mick Schumacher, fils de Michael, qui célèbre son 22e anniversaire de naissance aujourd’hui, et le controversé russe Nikita Mazepin (22 ans également), qui doit son accession à la F1 à la fortune de papa. 

◆ L’autre novice est le Japonais Yoki Tsunoda (20 ans), appuyé certes par le motoriste Honda pour son recrutement chez AlphaTauri, mais qui a créé une bonne impression aux récents essais hivernaux. 


Il revient

Fernando Alonso
Photo AFP
Fernando Alonso

◆ Après une pause de deux ans, Fernando Alonso renoue avec la F1 avec l’écurie Alpine (ex-Renault), cette même organisation qui avait procuré au vétéran espagnol, âgé de 39 ans, ses deux titres, en 2005 et 2006. 


Ils sont partis

Romain Grosjean
Photo courtoisie, HAAS F1
Romain Grosjean

◆ L’écurie Haas a fait maison nette en montrant la porte à ses deux pilotes au terme de la saison 2020. Le Français Romain Grosjean, dont le parcours en F1 s’est arrêté brusquement à Bahreïn après un accident terrifiant, a réorienté sa carrière vers le championnat nord-américain IndyCar, où il a été embauché par l’équipe de Dale Coyne pour disputer les épreuves en circuits urbains et routiers.  

◆ Le Danois Kevin Magnussen, lui, s’est tourné vers les épreuves d’endurance. On l’a vu cette année aux 24 Heures de Daytona et il a été recruté par Peugeot pour courir à temps plein au Championnat du monde d’endurance l’an prochain. 

Alex Albon a perdu son volant chez Red Bull, mais l’écurie autrichienne lui a confié le rôle de pilote de réserve tout en lui offrant le financement pour participer à l’intégralité des courses du championnat de voitures de tourisme DTM. 

Daniil Kvyat est évincé de l’écurie AlphaTauri pour la deuxième fois. On le reverra toutefois dans les paddocks de F1 puisqu’il a accepté un rôle de pilote d’essai chez Alpine


Elles changent de nom

AUTO-PRIX-F1-QAT-TEST
Photo courtoisie, Aston Martin Cognizan

◆ Deux équipes changent de nom en 2021. Racing Point devient Aston Martin à la suite du rachat du constructeur britannique par le Canadien Lawrence Stroll. Renault, elle, a choisi de rebaptiser son écurie au nom d’Alpine, sa bannière à vocation sportive. 

◆ Enfin, une seule équipe change de motoriste en 2021 : McLaren, qui passe de Renault à Mercedes