/world/opinion/columnists
Navigation

L’immigration au Sud et ses conséquences au Québec

MEXICO-US-MIGRATION-DEPORTATION
Photo AFP Des migrants sont expulsés des États-Unis par le pont international de Paso del Norte qui relie El Paso, au Texas, à Ciudad Juárez, au Mexique.

Coup d'oeil sur cet article

La vague d’immigrants illégaux atteint des sommets aux États-Unis. Au point où Joe Biden a demandé à ces immigrants de rester chez eux. Ce qui ne devrait pas les arrêter.

En un mois, plus de 80 000 immigrants ont été arrêtés à la frontière pour avoir tenté de la franchir illégalement. Les pires chiffres depuis 2009.

Les autorités américaines s’attendent à ce qu’environ 13 000 enfants non accompagnés franchissent la frontière en mai.

C’est que Biden a révoqué les décrets migratoires de Donald Trump. Les lois sont donc redevenues ce qu’elles étaient avant 2016. Suivant ces lois, les familles d’immigrants illégaux peuvent être retournées dans leur pays d’origine, mais pas les enfants qui se présentent seuls à la frontière.

Les autorités soupçonnent les parents de faire le voyage avec leurs enfants, puis ensuite de les envoyer seuls franchir la frontière. Une fois ces enfants pris en charge par le gouvernement américain, ils pourront par la suite demander à retrouver leurs parents grâce à la réunification familiale.

On peut discuter à l’infini des problèmes auxquels les immigrants illégaux font face dans leur pays d’origine ou de la dureté des lois américaines sur l’immigration. Pourtant, le fond du problème tient à deux aspects qui sont trop rarement abordés.

Minorisation de la majorité

Premièrement, d’ici 20 ans, les minorités deviendront majoritaires aux États-Unis. Cette minorisation de l’ancienne majorité provoque des réflexes racistes qui sont d’autant plus dangereux que les minorités actuelles montrent elles-mêmes des signes de racisme envers la majorité. Cette minorisation de la majorité constitue un des moteurs du mouvement woke et de la « cancelled culture ». 

Deuxièmement, l’économie américaine a de plus en plus besoin de travailleurs très qualifiés. L’immigration illégale ne renforce pas cette catégorie d’emplois. Elle est injuste à l’endroit des immigrants qui sont des travailleurs qualifiés qui attendent patiemment d’avoir le droit d’entrer aux États-Unis.

Au Québec

L’immigration illégale touche de plus en plus le Québec. Malheureusement, pour diverses raisons, les problèmes d’immigration tendent à être définis chez nous selon des paramètres américains. Au point où il n’est pas exagéré de parler d’impérialisme culturel américain, en particulier pour le mouvement woke.

Pourtant, le Québec dans son immense majorité n’a jamais connu les problèmes racistes des États-Unis. Si tant est que ce sont les Québécois francophones qui, jusque dans les années 60, étaient dominés avec mépris par les anglophones. Un mépris qui souvent perdure ailleurs dans le Canada et qui est à présent relayé chez certaines minorités.

Mais surtout, le Québec vit un dilemme cornélien : étant donné sa trop faible natalité, il a besoin de travailleurs immigrants. Sauf que ces immigrants s’assimilent de plus en plus lentement aux francophones, ce qui menace leur survie. 

Néanmoins, dans une dizaine d’années, étant donné la baisse d’activité économique induite par la dénatalité, le Québec pourrait se retrouver avec des surplus de travailleurs.