/news/education
Navigation

Assemblée nationale: des garderies non subventionnées vont manifester mercredi

Coup d'oeil sur cet article

Des garderies privées non subventionnées manifesteront mercredi midi devant l’Assemblée nationale pour réclamer le même tarif de 8,50$ que dans le reste du réseau québécois.

La Coalition des garderies privées non subventionnées du Québec et le Regroupement des parents utilisateurs de garderies non subventionnées sont à la tête de cette manifestation.

«On invite nos éducatrices, les gestionnaires et les parents à venir manifester leur désaccord», explique Marie-Claude Collin, présidente de la Coalition.

Son organisation compte environ 650 membres, mais elle tend la main aux garderies non subventionnées des autres associations de se joindre au mouvement, ce qui en fait environ 1200 au total.

«Si je regarde la liste de projets (de nouveaux CPE) c’est sûr que ça va faire mal tôt ou tard aux garderies à proximité. Ils vont les vider de leurs éducatrices. Nous ne sommes pas contre de la construction de CPE, mais nous voulons ça se fasse là où il y a de réels besoins, pas au détriment des garderies non subventionnées», ajoute Mme Collin.

«Les parents des 50 000 enfants dans notre service de garde ont droit eux aussi au tarif unique. Les parents ne veulent pas de nouvelles constructions. Ils veulent payer 8,50$. Si les parents chez nous payaient 8,50$, ils n’iraient pas dans le CPE qui les appelle», croit Mme Collin.

Travailleurs en demande

Et au-delà des places qui manquent dans les garderies, Mme Collin pointe du doigt la pénurie d’éducatrices comme problème majeur.

«Oui c’est vrai, il manque de places. Mais on va les prendre où les éducatrices? Ce ne sera pas avant deux ans qu’on en aura des formées. Pourquoi nous n’avons pas assez? Parce qu’elles ne sont pas assez payées», insiste-t-elle.

Dans son appel sur Facebook, la Coalition rappelle le maintien des mesures sanitaires durant la manifestation.

«En garderies nous respectons ces mesures très fort. C’est quelque chose que l’on maîtrise très bien. Ça ne me fait pas peur pour la manifestation», estime Mme Collin.

Des toutous symboliques

De son côté, Brigitte Cardinal, fondatrice du Regroupement des parents utilisateurs de garderies non subventionnées, élargit même l’appel.

«Nous invitons aussi tous les parents qui ont eu la chance d'obtenir une place subventionnée à manifester avec nous par solidarité. Et également ceux qui n’ont aucune place en garderie. Car on se bat pour eux aussi», explique-t-elle.

Les parents sont incités à amener des toutous, ou à les envoyer à des participants, en affichant dessus la différence des coûts qu’ils payent sur une année pour les services non subventionnés par rapport aux garderies à 8,50$.

Aller plus loin

Khalid Daher, président de l’Alliance québécoise des garderies privées non subventionnées (AQGPNS), affirme n’avoir été mis au courant qu’hier de cette manifestation.

M. Daher milite depuis l’automne dernier pour une grève qui a reçu 87% d’appuis sur les 546 votes exprimés en octobre et novembre sur le site internet de son association.

«Tant et aussi longtemps que nous ne manifestons pas notre pouvoir de grève, nous n’aurons rien du tout. Ceux qui obtiennent leurs droits, ils les obtiennent en brandissant des menaces de grève et si besoin est, ils passent à l’acte. C’est dommage, mais c’est comme ça que ça marche. Les CPE le font bien eux! Et c’est ainsi», a-t-il déclaré.