/news/currentevents
Navigation

DPCP: les procureurs demandent de mettre fin à l’intérim de Me Martinbeault

Coup d'oeil sur cet article

L’Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales demande la nomination d’un successeur à la directrice aux poursuites criminelles et pénales, Me Annick Murphy, partie à la retraite, laissant l’intérim à Vincent Martinbeault.

La requête des procureurs vise à résoudre des «problèmes internes» ayant eu un impact sur leur travail et leur bien-être, accusant d’inertie l’actuel intérimaire.

Les procureurs reprochent au DPCP par intérim son «approche budgétaire froide» et son attitude «rétrograde», l’accusant notamment d’avoir mis fin aux discussions sur la conciliation travail-famille, en contexte de pandémie de COVID-19.

  • Écoutez l'entrevue de Me Guillaume Michaud à l'émission Avocats à la barre à QUB radio:

Déjà, bien avant la pandémie, un sondage révélait que 45% des procureurs étaient en épuisement professionnel et 28% en dépression, alors que quelque 24% étaient en syndrome post-traumatique.

«Le climat et les conditions de travail continuent de se détériorer, et ce sont les victimes qui, au final, en paient le prix. Ça prend un ou une DPCP qui fait preuve de leadership, et ce, le plus rapidement possible», a indiqué dans un communiqué Guillaume Michaud, président de l'APPCP, mardi.

«On ne peut pas se permettre de placer les dossiers internes sur pause plus longtemps», a-t-il ajouté.