/sports/opinion/columnists
Navigation

La saison est terminée à peu près partout

quad. 44
Photo courtoisie Si vous désirez profiter d’un excellent réseau cet été, donnez une chance aux bénévoles en ne circulant pas dans les sentiers durant la période de dégel, qui s’amorce.

Coup d'oeil sur cet article

À l’exception de sentiers locaux aux alentours de certaines villes, la saison de quad est terminée dans l’ensemble du Québec.

« Nous venons de vivre notre dernière fin de semaine de quad dans la majorité des régions du Québec, d’expliquer le directeur général de la Fédération québécoise des clubs quad, M. Danny Gagnon. La météo des derniers jours et ce que nous allons vivre cette semaine fait en sorte que les clubs ne pourront plus entretenir leurs sentiers. Je pense aux clubs qui grattent jusqu’au sol. Ils vont perdre leurs sentiers cette semaine. Pour ceux qui surfacent, la tâche va devenir impossible parce que les sentiers sont trop mous pour permettre une circulation des quads. »

Si l’on veut illustrer de façon géographique la situation, le spécialiste y est allé avec cette explication.

« En utilisant le fleuve comme point de repère, je vous dirais que 90 % du réseau de sentiers est fermé au sud du fleuve. Du côté nord, tout le secteur à partir de Montréal en direction de Trois-Rivières, c’est fermé. Entre Trois-Rivières et Québec, il est encore possible de circuler parce que dans ce secteur, il y a beaucoup de terres publiques. Les bas des Laurentides sont fermés jusqu’à Saint-Jérôme alors qu’au nord de cette même ville, il est encore possible de circuler. Dans la réalité, il n’y a plus d’interconnexions entre les villes et les régions dans la majorité des secteurs. »

Il demande aux amateurs de bien suivre les informations sur les plateformes disponibles.

« Il est très important que les quadistes respectent les fermetures des sentiers annoncées par les clubs. Ils peuvent se renseigner en tout temps sur leur application iQuad et sur la carte interactive qui se trouve sur notre site au www.fqcq.qc.ca. Il y a aussi les pages Facebook des clubs qui sont très utiles. C’est vraiment facile de ramasser l’info. »

LA RÉALITÉ PRINTANIÈRE

Chaque printemps, plusieurs éléments entrent en ligne de compte pour forcer la fermeture des sentiers.

« Au printemps, lorsque le temps des sucres débute, les acériculteurs vont baisser la tubulure qu’ils relèvent pour laisser passer en hiver les surfaceuses et les quadistes. Dans des régions comme Chaudière-Appalaches, cela signifie beaucoup de kilomètres qui disparaissent. On peut aussi penser à la région Centre-du-Québec, où le réseau circule sur des terres agricoles avec de nombreuses sucreries. Dès que les cabanes à sucre ouvrent, les sentiers ferment. Les bénévoles se doivent de fermer les sentiers aussi pour préserver le territoire des agriculteurs et en même temps, ils veulent protéger les droits de passage qui permettent de créer le réseau. L’état du terrain se détériore rapidement en raison du dégel. Il ne faut pas endommager le circuit utilisé pour les sentiers. Il vient un temps où les quadistes risquent de rester pris, plus capables d’avancer. C’est là que nous sommes rendus dans la majorité des régions. »

Si la saison est terminée pour les amateurs, les bénévoles, de leur côté, ont beaucoup de travail à faire.

« Ils doivent maintenant enlever la signalisation, bouger tous les obstacles qui pourraient bloquer le passage aux propriétaires terriens. Nous demandons aussi aux propriétaires de véhicules à quatre roues motrices de ne pas circuler dans les sentiers parce qu’en période de dégel, ça brise vraiment beaucoup le sol. Ça coûte cher, en argent et en efforts, pour remettre les lieux en bon état. »

LA REPRISE À LA MI-MAI

La saison tombe donc sur pause pour plusieurs semaines, le temps que la nature fasse son travail de dégel et que le terrain sèche.

« Nous sommes en période de transition jusqu’au 15 mai. Nous demandons aux quadistes de ne pas circuler sur le territoire, afin d’éviter tous les problèmes engendrés par la circulation printanière, comme les roulières et plus. Durant cette période, il faut laisser le temps faire son œuvre, sinon il devient très difficile de récupérer la qualité du réseau pour les bénévoles des clubs. Autrement dit, si les gens veulent avoir des beaux sentiers en été et en automne, nous leur demandons d’éviter de détruire le réseau en roulant dans la bouette du printemps. Plusieurs propriétaires de véhicules aiment bien rouler durant cette période, sauf qu’ils oublient que leur choix peut créer de gros problèmes pour la suite. »

Malgré l’augmentation marquée du nombre de quads, les bénévoles des clubs ont réussi à maintenir une excellente qualité de sentiers. Ils ont aussi dû composer avec une météo plutôt capricieuse qui n’avait rien d’habituel. Ils ont prouvé encore une fois qu’ils sont de véritables magiciens et qu’ils possèdent l’expérience nécessaire pour vous offrir un réseau de sentiers remarquable. Tout ce qu’ils demandent au cours des prochaines semaines, c’est votre collaboration pour préserver la base des sentiers si vous désirez qu’ils vous offrent encore une fois un réseau superbe lorsque les activités reprendront en mai prochain.