/news/coronavirus
Navigation

Port du masque N95 en zone chaude et tiède juge le Tribunal administratif du Travail

Coup d'oeil sur cet article

Le Tribunal administratif du Travail (TAT) estime que la CNESST aurait dû appliquer le principe de précaution dans ses recommandations de port du masque N95 pour le personnel de santé.

Le TAT a statué ce mardi que les travailleurs intervenant en zone chaude et tiède auprès d’une personne suspectée ou atteinte de COVID19 devaient porter un couvre-visage de type N95.

Un appel contre les premières recommandations de la CNESST avait été déposé au TAT par la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

La CNESST indiquait, à ce moment-là et sur les recommandations de la santé publique, que la contamination au coronavirus se faisait par gouttelettes uniquement.

Le Tribunal administratif du Travail a jugé ce mardi que «la preuve prépondérante confirme le mode de transmission aérienne ou par inhalation du virus du SRAS-CoV-2».

Rappelons que le gouvernement Legault a indiqué en février dernier que des masques N95 seraient fournis à tous les travailleurs de la santé en zone chaude.

«La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) s'est réjouie de la décision.

Nous sommes très satisfaites de la décision. Cette victoire est lourde de sens et de conséquences parce qu'elle reconnaît que l'obligation de l'employeur doit tendre vers les standards les plus élevés et non se contenter du strict minimum», a commenté la présidente du syndicat, Nancy Bédard.

«C'est révoltant qu'on ait eu à se battre pour qu'un juge finisse par reconnaître l'évidence. On s'attend maintenant à ce que [le gouvernement] corrige le tir auprès des gestionnaires de tous les établissements au Québec», a-t-elle ajouté, par voie de communiqué.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres