/sports/soccer
Navigation

Un très long processus

Coup d'oeil sur cet article

Le chemin vers le Qatar est tout sauf une belle ligne droite pour le Canada, qui doit se farcir tout le processus s’il veut participer à la Coupe du monde de 2022, la dernière avant celle qui sera présentée en Amérique du Nord en 2026.

• À lire aussi: Le chemin de croix

L’Unifolié doit d’abord passer par le premier tour, qui consiste en un tournoi par groupe. Chacun des six groupes compte cinq équipes et seule la formation de première place accédera au tour suivant.

Dans le cas du Canada, il fait partie du groupe B en compagnie des Bermudes et des îles Caïmans, qu’il affronte ces jours-ci.

Il conclura cette première phase par des affrontements face à Aruba et au Surinam au début de juin.

Normalement, la troupe de John Herdman devrait franchir cette première étape.

Coupe-gorge 

Quelques jours après la conclusion de ce premier tournoi, les six vainqueurs vont participer à la seconde ronde de qualification.

Celle-ci consiste en un affrontement aller-retour entre les gagnants de chacun des groupes. Les gagnants de ces trois confrontations passeront à l’épreuve ultime.

En effet, ils iront rejoindre le Honduras, les États-Unis, le Costa Rica, le Mexique et la Jamaïque, qui sont déjà qualifiés pour phase finale qui prendra la forme d’un tournoi à la ronde.

Les trois nations ayant cumulé la meilleure fiche au terme de ce tournoi seront qualifiées pour le Mondial de 2022. Une quatrième équipe pourrait obtenir son billet par l’entremise des éliminatoires interconfédérations, qui auront lieu en juin 2022.

Piette à son poste

Par ailleurs, même si John Herdman a vu des choses intéressantes dans le jeu de Samuel Piette alors qu’il se familiarisait avec un nouveau poste la saison dernière, il a l’intention de l’employer comme milieu défensif.

« C’était bien de voir Thierry tenter l’expérience et révéler une nouvelle couleur à sa palette, mais si vous lui demander, je suis sûr qu’il vous dira où il aime jouer.

« Sam a bien progressé dans la compréhension de son nouveau rôle, mais pour moi il a un instinct pour briser les attaques et il est en position pour faire ressortir le meilleur de ses coéquipiers.

« Je crois qu’il y est l’un des meilleurs dans la CONCACAF dans ce rôle de milieu défensif juste devant les défenseurs. Je ne le vois pas jouer un rôle offensif avec notre équipe. »